Des enseignements texte, audio et vidéo pour grandir dans la foi et vous ressourcer !

5 (fausses) théories sur Jésus

Jésus a-t-il existé ? Ses miracles peuvent-ils être expliqués de manière scientifique ? Est-il lié de près ou de loin au bouddhisme ? ...
►Pour soutenir cette chaine : http://bit.ly/2MOuDpV (merci)
►ABONNE-TOI : http://bit.ly/2lt65WY (merci)

Concernant l'historicité de Jésus : ICI
Concernant le gnoticisme :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gnosticisme
_

Suis moi sur :
https://www.facebook.com/Quoi-dneuf-pasteur
https://www.instagram.com/quoidneufpasteur/
Snapchat : saxoxas

Pour tchater directement avec moi : https://youtu.be/addme/k-CX3kE6eC5Tt0d6tzoPl4Z4vhrJCg

Ma chaine musicale :
https://www.youtube.com/roomusicproduction
_
Pour découvrir d'autres Youtubeurs lumineux :
https://www.facebook.com/YouShine514/

6 commentaires
  • ELIO

    (Suite) Dans ces trois questions, en toile de fond, c'est le mot "Foi" qui éclaire le débat. S’il existe bien la présence du doute dans la sphère Chrétienne, ce qui est contraire au principe de la foi, c’est lorsqu’un événement ouvre une brèche dans notre construction spirituelle, dans ce que nous attendons de la manifestation de Dieu : son silence apparent mettant alors en évidence le fond de nos pensées et notre raisonnement à l’épreuve. Ainsi, le doute dans la foi révèle un paradoxe : Si dans notre perception des choses le doute et la foi cheminent ensemble, il faut bien qu’à un certain moment il y ait un vainqueur. Si c’est le doute, la question de vivre par la foi (Romains 1 :17) ne se pose plus. La déduction est rapide car tout l’enseignement des patriarches, de Jésus, des apôtres, en un mot : de la Parole, est basé sur la foi qui est au centre de toutes les promesses. Lorsqu’on navigue entre deux eaux, peut-on voir le ciel ? Il est alors difficilement concevable d’être dans une situation de foi et de doute de circonstance ; Je parlerais plutôt d’un questionnement devant telle ou telle difficulté de compréhension de la Parole lorsque des contradictions de première lecture apparaissent (ce qui ouvre la porte à la recherche et à la réflexion), où lorsqu’un événement dans le cours de notre vie vient bousculer une certaine quiétude. Mais l’assurance dans la foi est payante quant au résultat. Jésus (donc La Parole, le verbe de Dieu), centre de la foi, a enseigné avec autorité, c'est-à-dire avec vérité –sa vérité, celle du Père – notamment lorsqu’il affirme « Nul ne vient au Père que par moi » (Jean14 :6), ce qui veut dire, sans ambiguïté, qu’il est le seul chemin, la seule vérité qui mène à la vie (éternelle). Ce qui est une énorme météorite dans le cercle des croyances religieuses. Dans ce contexte intransigeant, l’esprit du siècle trouvera là un constat d’intolérance, voire de fanatisme. Sauf que Celui qui s’est présenté comme étant l’alpha et l’oméga, l’étoile brillante du matin, la véritable lumière qui éclaire tout homme, l’expression du véritable amour, est à l’opposé du fanatisme qui aveugle la conscience de l’homme. Une foi mêlée d’incertitudes, craintive dans un souci de modération n’édifie pas grand-chose. Et un manque total de foi – ce qu’est l’incrédulité – ne peut prendre la mesure de la personne de Jésus-Christ, de l’impact de son passage sur terre, de son enseignement, de son rang unique dans tout l’univers, de ce Grand Roi qui vient prendre possession de sa terre. Il fallait parler un peu de la foi, souligner son rôle puissant dans toute réflexion qui concerne l’histoire de l’homme et ses projets, même scientifiques, car elle est empreinte de l’Esprit de Celui qui a fait les cieux et la terre. Et si la science ne peut par elle-même expliquer cette toute puissance à l’origine du ‘’tout’’ autrement que par le fortuit, le ‘’miracle’’ pour d’autres, la foi, donc l’Esprit, qui parle le langage d’en haut, va au-delà de ce que les outils d’investigation peuvent atteindre : elle sait déjà tout parce qu’elle a cru à la révélation du passé, mais aussi à celle qui vient : lorsque l’Eternel bandera la blessure de son peuple : il fera très chaud (Isaïe 30 :26). La science, où l’expression de l’intelligence, est un don de Dieu à sa créature, son image. Elle est donc une bonne chose tant qu’elle demeure dans la sagesse.
  • Janick DIOURIS

    C'est intéressant , ms en même tps , ttes ces interprétations sont le fait des hommes , et vs en êtes un aussi (apparemment du moins ) ; alors comment accorder plus de crédit à votre propos qu'à celui d'autres hommes , qui se sont aussi sincèrement penchés sur la Bible et en tirent d'autres conclusions , parfois ttes aussi bien étayées ? J'attends qu'un "ange" (si cela existe ) me convainque !!! (et encore , il faudra d'abord qu'il me convainque qu'il est un ange ...)
  • Carline

    Merci!
  • ELIO

    Bien sûr, il est clair que celui qui ne croit pas à ce qu’il lit, en l’occurrence la Bible, le doute est déjà comme un handicape s’opposant à la curiosité du désir de recherche, de comprendre, Le premier obstacle venant renforcer son incrédulité. Cette incrédulité native se retrouve souvent dans des ouvrages, mais aussi avec un plus fort impact lorsque des émissions télévisées abordent des sujets sur la vie de Jésus. Tel ce débat sur son premier miracle de « l’eau changée en vin » aux noces de Cana (Jean 2 :6 -11). Les attributs exprimés sur sa personne : « magicien », « illusionniste » découlant du fait que les vases en question servant déjà à ce service à l’occasion de festivités, devaient contenir de quoi se prêter au soi-disant miracle, que certains magiciens ou illusionnistes pouvaient en faire autant (Comme les magiciens de la cour de Pharaon, devant les miracles de Moïse (Exode 7 :20-22. L'histoire se répète). Seulement, il apparaissait que ces personnes n’avaient pas, ou mal lu les écrits se rapportant à ce miracle. En effet, les vases en question qui contenaient un certain niveau d’eau, servaient aux purifications des Juifs, et étaient destinés uniquement à cet usage, d’une part. D’autre part, la lettre sans l’esprit étant comme un livre scellé (Deutéronome 29 :29), ce débat ne pouvait mettre en évidence la véritable signification de ce miracle, manifestation de la puissance du Fils de Dieu, qui loin de vouloir épater ceux qui l’entouraient, voulait surtout montrer par ce signe que désormais la véritable purification, non seulement des mains mais du corps et de l’esprit, se ferait par son sang versé sur la croix. Mais nous qui croyons simplement que tous ces miracles, qui rendent le monde sceptique, ne sont que la manifestation de la toute puissance de Dieu par son fils fait homme, lequel était déjà avant que le monde fût (Jean 17 :5), c’est dire que Lui, la Parole par laquelle Dieu s’est exprimé aux hommes, était à l’œuvre lors de la création. Partant de ce constat, tout ce que nous pouvons découvrir sur le secret de l’atome (dont les agencements et interactions ont donné naissance au temps, à la matière, au visible ), sont sous sa domination. Ainsi, si de la graine qui donnera le pied de vigne jusqu’au vin tiré il faut du temps, la création instantanée d’une chose, comme c’est le cas pour le vin des noces de Cana, peut très bien se comprendre dès lors que Jésus, avec le Père, est l’origine de toutes choses, pour qui le temps est sous sa domination, son Royaume étant celui de l’éternité. En conclusion, en approfondissant la Parole, il ressort que le « miracle » dans le monde de l’athéisme n’est en somme que le constat de la présence d’une incrédulité latente dans le cœur de l’homme qui tend à effacer de son esprit la vérité de l’existence de ce Dieu Créateur, ES Sciences, manifesté en Jésus, son fils, ce qui le met dans l’incapacité d’expliquer l’événement sinon par un terme indéfini qui reste sans réponse. Mais pour ceux qui croient en lui, le terme « miracle » se dissout dans celui de la toute puissance de Dieu.
    • Janick DIOURIS

      Oui, l'univers étant si vaste et si peu connu , les "miracles" de Jésus trouveront peut-être plus tard une explication "scientifique" ds la science de l'époque ! Le doute , à mon sens , n'est pas antinomique de la foi : on peut avoir la foi et douter par moments , ou vivre ds le doute , et s'intéresser à la foi ; c'est peut-être une attitude modérée , moins dangereuse qu' un fanatisme ts azimuts ...
  • N

    Merci cher frère pour ces précisions qui nous rappellent en même temps ce pourquoi Jésus est venu. Soyez béni !
  • Afficher tous les 6 commentaires
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
StereoSnap FIRST
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...