Des enseignements texte, audio et vidéo pour grandir dans la foi et vous ressourcer !

Dieu nous cuisine à sa sauce !

Dieu nous cuisine à sa sauce ! Dieu nous cuisine à sa sauce !

Je me suis souvent demandé pourquoi Dieu ne s'était pas révélé à moi plus tôt.

Je lui en ai parfois fait le reproche. J'ai cherché si longtemps, j'ai passé tant de temps à prier un Dieu qui me répondait de temps en temps sans se révéler. Un peu comme l'ange qui descendait de temps en temps  dans la piscine de Bethesda. (Jean 5.1-9). En fait j'attendais Jésus sans le savoir.

Mais Seigneur, pourquoi attendre si longtemps, pourquoi tant d'années gâchées ?

Dieu voulait me former à son image, et non pas à l'image taillée par les hommes.

On a souvent tendance à vouloir faire partie de quelque chose : d'un groupe, d'une ethnie, d'une profession, d'une religion, d'une assemblée…

Et notre identité se perd au profit d'une entité. Je ne suis plus Untel, Unetelle, je suis musicien, je suis italien (même si je n'ai jamais mis les pieds en Italie), je suis fonctionnaire (est-ce un métier ?), je suis catholique, non pratiquant (???), je suis membre de…, mais qui suis-je ?

Petite leçon de cuisine

Lorsque je cuisine, j'aime utiliser de nombreux ingrédients, mais en tant que femme du 21ème siècle, je me dois d'être pragmatique. Donc, je coupe tout et je jette l'ensemble dans la cocotte et je fais mijoter (plutôt bouillir, car je n'ai pas le temps non plus).

Le résultat est bon sauf que les carottes ont le même goût que les patates, on ne fait plus la différence entre le chou et l'oignon, et le poireau a fondu dans la sauce.

Le souci est que tous mes plats ont le même goût.

Mais si je prends le temps de couper chaque ingrédient de manière différente (râpé, émincé, en lamelles, ou en dés), si je les cuis séparément et les ajoute ensuite selon leur besoin de cuisson dans la cocotte, la saveur est complètement différente.

En effet, à ce moment là, on peut parler de saveur.

Nos églises sont comme des cocottes, où chacun doit pouvoir amener son arôme naturel, et pour cela il doit avoir été préparé séparément : rissolé, bouilli, cuit à la vapeur, selon ce qui lui sied.

Cette préparation, c'est notre culte personnel, notre formation individuelle.

Nous devons être dessalés, dégraissés, libérés d'un trop plein d'amertume ou d'une grande d'acidité, à la convenance de Dieu avant d'être ajouté dans la cocotte.

Mais il y a des aliments qui n'entreront jamais dans la cocotte.

L'accompagnement : cuiriez-vous des frites dans une sauce ? Et le riz ou la laitue ?

Et pourtant, ces ingrédients font partie intégrante du plat. Ils ont besoin d'une préparation particulière, peut-être même moins élaborée, à part. Mais au final, ils trouveront leur place dans l'assiette aux côtés du ragoût.

Dieu a utilisé ce procédé avec Abraham, Moïse, Joseph, David, Jean-Baptiste, Paul… Il les a cuisinés à part pour les former. Une formation qui ne se compte pas en mois, mais bien en années. Et c'est dans ce retrait, le rejet, l'éloignement, la sanctification, la fuite, la honte que Dieu a pu se rapprocher d'eux.

Il a utilisé des petits, des misérables, des incompris, des marginaux, des intégristes pour mener à bien son plan. Dieu ne choisit pas au hasard, Il les a prévus comme cela.

Petit cours de maçonnerie

Imaginons une belle pierre de taille, trop large pour combler le trou d'un édifice. Imaginez que le chef de chantier brise cette pierre en plusieurs morceaux, afin de la réduire à une dimension qui pourra combler le trou de son mur, puis il jette le reste avec les déchets.

Nous sommes tous ces pierres de taille, créées avant même notre naissance pour servir. Mais il appartient à Dieu seul de nous « briser », car lui saura nous soulager des nos excroissances, limer nos aspérités handicapantes sans nous dénaturer.

La formation ne consiste pas à briser les individus en petits morceaux pour l'utilité d'un groupe d'individus, mais à laisser Dieu nous montrer la place qu'il avait prévue lorsqu'il nous a formés.

Moïse, en se rendant coupable de meurtre, n'a jamais été si proche du plan de Dieu pour sa vie.

Paul, l'intégriste juif, avait exactement le profil qu'il fallait pour que Dieu puisse le façonner et l’utiliser.

Gardons-nous d'être brisé par un chef de chantier pragmatique, attendons le maître d’œuvre, car lui connaît parfaitement la place qu'il nous a réservée.

Petite conclusion

Apprenons à nous regarder tels que nous sommes, comme Dieu nous a créés, sans vouloir nous cacher derrière des appellations contrôlées, des AOC, des marques prestigieuses.

Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes.
Matthieu 5.13

Et même le sel n'a pas la même saveur aux quatre coins de la terre.

8 commentaires
  • Norma

    Merci pour cet encouragement, qui ne peut me pousser qu'à l'action de grâce. Soyez amplement béni, chers frères et sœurs, dans le Saint Nom De Jésus-Christ. Amen.
  • Guy

    Et même le sel n'a pas la même saveur aux quatre coins de la terre.
  • grandmere

    Je suis heureuse . Que toute la gloire soit à DIEU. Il est fidèle . Deutéronome: 7.9 . Aussi je prie notre PERE pour TOI . 2 Samuel: 7.25
  • Edwige

    Amen pour ces paroles
  • Sanyh

    Merci Seigneur. Amen
  • Afficher tous les 8 commentaires
Lecteur TopMusic
Update Required To play the media you will need to either update your browser to a recent version or update your Flash plugin pour Firefox & Safari - Flash plugin pour Opera & Chrome.
Découvrir sur TopMusic
Graham Kendrick Worship duets
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...