Cliquez ici pour modifier vos préférences.

Gestion des notifications


Que souhaitez-vous recevoir comme contenu ?



Votre prénom


Désactiver les notifications navigateur

Comment choisir son futur conjoint? (Des prières audacieuses) n°4

 
 
 
 
 
Message texte Du TopChrétien. Par Carlo Brugnoli. Mardi 5 Août 2008. Comment choisir son futur conjoint? (Des prières audacieuses) n°4.
Comment choisir son futur conjoint? (Des prières audacieuses) n°4
Article 4

L’été 1979 approchait avec le service d’été en Avignon ; je fis une prière pour le moins cavalière : " Seigneur, je te demande de placer ma future épouse dans ma cellule de prière."  Mon excitation fut bien vite calmée en découvrant que je n’étais pas inclus à une cellule, mais responsable d’un groupe, c’est-à-dire que j’avais à veiller sur six cellules distinctes. Tant pis, me suis-je dit, cette prière ne devait pas être inspirée.

En septembre je me retrouvai à la conférence annuelle des membres du personnel de Jeunesse en Mission, où je fis à nouveau une prière qui semblait audacieuse : " Seigneur, si ma future femme est ici, montre-la-moi ! " Nous étions cent vingt... Je décidai de partir me promener dans le bois voisin pour continuer mon dialogue. En descendant l’escalier qui donnait sur la cour, je saluai Michèle Yapoudjian, incident anodin en apparence puisque nous avions déjà fait en commun un voyage de deux mois en Afrique. Mais son visage me resta présent à l’esprit alors que je commençais à prier. Dieu, j’en ai aujourd’hui la conviction, me rappela alors l’engagement total de Michèle dans l’évangélisation, sa joie communicative et son zèle dans la prière.

Je compris qu’elle serait une amie, mon amie. Et soudain, je tombai amoureux d’elle, comme je n’imaginais pas que ce fût possible! Elle devint subitement la plus jolie fille de l’univers ! Pour la première fois, je percevais  l a corde à trois brins ". Il m’était arrivé de penser à d’autres jeunes filles, mais il manquait toujours un ou deux brins. Un détail d’Avignon me revint alors à la mémoire: Michèle était l’un des six chefs de cellule dont j’étais le berger; je l’avais, de ce fait, souvent côtoyée ! Le temps de Dieu, à ce moment-là, n’était probablement pas encore à son terme. Mais ce 22 septembre 1979, je ne marchais plus, je volais ! Les règles internes à notre mission m’interdisaient d’en parler sur-le-champ, notamment à Michèle. Quelle épreuve ! Je passai donc des heures seul, à prier pour l’avenir. Je savais qu’elle quittait JEM pour reprendre son travail d’assistante sociale dans la région parisienne. Quand la reverrais-je ?

Je demandai au Seigneur un encouragement. Au dernier repas, nous nous répartîmes autour d’une vingtaine de tables. Je m’assis à côté d’un ami de longue date. La place située à ma droite était encore vide. Quelqu’un prit alors la parole : " J’ai réservé cette place pour Michèle, je n’ai pas pu la voir durant tout le week-end. " Mais pas de Michèle à l’horizon. Après la prière, la voici qui entre dans la salle à manger... et son amie n’hésite pas à lui faire de grands signes pour lui indiquer sa place. C’en était trop. Mon coeur se mit à battre à tout rompre. J’en avais l’appétit coupé ! J’arrivai cependant à échanger quelques mots avec elle, comme un bon leader doit le faire envers son ex-équipière. Michèle m’a avoué par la suite qu’elle avait terriblement faim, mais n’osait pas se resservir devant un garçon si frugal !

J’avais, entre-temps, déjà fait part de l’événement à mes responsables qui m’avaient promis de prier à ce sujet dans les jours à venir ; mais jusque-là : motus et bouche cousue ! Qu’allaient-ils donc penser en nous voyant attablés l’un à côté de l’autre ?

Michèle partit sans que je puisse la saluer. Elle ne pouvait tout de même pas dire au revoir à cent vingt personnes... Cinq jours plus tard mes responsables me dirent être en paix à la pensée de ce projet. Mais il ne fallait pas, pensaient-ils, que cela influence Michèle quant à la reprise de son travail. Ils me demandèrent donc d’attendre quelque peu avant de lui écrire...

Si vous voulez tout savoir sur cette première correspondance, je vous laisse le loisir de la consulter aux pages 66 à 68 de l’ouvrage  " Une vie en couleur "

Téléchargez, lisez ou écoutez les livres de la série "Comment..." sur http://carlobrugnoli.net
Disponibles et gratuits: "Porteurs de Vie", "Progresser avec Dieu" et "Une vie en couleur" à télécharger !
19 commentaires
  • gimbindu

    Seigneur ,il me manque aussi un brin à chacune de mes rencontres,,aide-moi seigneur je t'en pris
  • Valerie3

    Gloire à Dieu :) Merci Seigneur car aujourd'hui Tu m'as permis de lire ce beau témoignage pour me prouver que Tu es aussi capable d'intervenir dans ma vie et de faire en sorte que je rencontre l'époux que Tu m'as destiné.
  • Mademoizelle

    Très beau témoignage!!J'espère Seigneur que tu puisses en faire de même pour moi. Amen.
  • FB.raissa.zoula

    Ce temoignage m'a redonner la foi en mon Dieu! que tout est possible et que rien n'est perdu.Tout est possible à celui qui croit. Je crois toujours à la rencontre de mon mari
  • Kiki Jolie

    Réponse à Khool, Très vrai mon frère. Il y'a des chrétiens invivable qui vivent dans la stigmatisation, le jugement et la condamnation et qui ne reflètent en rien le Christ tandis qu'il y'a des gens qui ont de grandes valeurs, aiment et respectent véritablement leur prochain, vivent dans la Joie et dans la Paix sans se soucier du lendemain, donne sans rien attendre en retour et qui pourtant ne vont jamais à l'église et ne prie même pas, ne lis jamais la bible mais son incontestablement bon. Moi je me marierai bien avec le second plutôt que le premier.
  • Afficher tous les 19 commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...