Accueil Enseignement
Le moyen décrété par Dieu pour obtenir la connaissance de la vie éternelle
Par Ralph Bouma  
       
 

« Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jn 17:3)

Il est vrai que nous sommes sauvés par grâce « au travers de la sanctification de l'Esprit », mais l'appel de l'évangile nous laisse la responsabilité d'utiliser le moyen décrété par Dieu. Nous ne voulons pas nous cacher derrière la volonté secrète de Dieu. Nous lisons dans Deut. 29 :28 que « les choses cachées sont à l'Eternel, notre Dieu ; les choses révélées sont à nous et à nos fils, à perpétuité, afin que nous mettions en pratique toutes les paroles de cette loi ». Le Seigneur nous dit que notre salut n'est pas mérité parce que nous faisons Sa volonté, mais la volonté secrète de Dieu est pour le Seigneur. Il nous a partagé Sa volonté révélée et c'est avec elle que nous devons gouverner nos vies.

2 Thes. 2 :13-14 dit, « Quant à nous, frères bien-aimés par le Seigneur, nous devons continuellement rendre grâces à Dieu à votre sujet, car Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité. C'est à cela aussi qu'il vous a appelés par notre Evangile, pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ. »L'œuvre de la sanctification est la voie par laquelle le Seigneur nous sauvera. Nous sommes appelés, nous sommes choisis, mais c'est pour le salut par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité. C'est de cette manière que nous arrivons à cette connaissance du salut en Christ. Nous sommes appelés à la sanctification. Nous sommes appelés à la foi en la vérité. La volonté révélée de Dieu est que nous devons travailler à notre propre salut avec crainte et tremblement. Nous ne devons pas gouverner nos vies par la volonté secrète de Dieu et dire, « bien, cela doit nous être donné et tout est par grâce ». Le moyen décrété par Dieu pour obtenir la connaissance directement reliée à la vie éternelle est une relation intime.

Je lisais le journal et il avait toute une page de célibataires qui cherchaient un partenaire et qui se décrivaient. Les femmes parlaient de ce qu'elles aimaient, de qui elles étaient et de ce qu'elles cherchaient chez un homme. De l'autre côté, il y avait les hommes qui parlaient de qui ils étaient, de leurs idéaux et ce qu'ils cherchaient chez une femme. Ceci peut être une illustration loin du compte, mais laissez-moi vous expliquer. Dans la Parole de Dieu, nous voyons le Seigneur nous solliciter vous et moi pour être Sa fiancée et Il nous dit exactement ce qu'Il cherche. Il veut de l'humilité. Il veut un amour qui se sacrifie.

Nous pouvons dire, « bien, cela doit être donné ». Mais n'oubliez pas, nous sommes appelés à la sanctification. Rom. 8 : 29-30 dit « Car ceux qu'Il a connus d'avance, Il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin qu'Il soit le premier-né d'un grand nombre de frères. Et ceux qu'Il a prédestinés, Il les a aussi appelés ; et ceux qu'Il a appelés, Il les a aussi justifiés, et ceux qu'Il a justifiés, Il les a aussi glorifiés ». Il nous a appelés à la sanctification de l'Esprit et à la foi en la vérité. Ceci ne laisse pas l'homme sans responsabilité. La volonté révélée de Dieu dit que c'est votre responsabilité. La volonté secrète de Dieu, c'est que par sa grâce il œuvre cette influence divine dans votre cœur et vous en donne le désir. C'est pour cela que nous devons prier. Le Seigneur a ses étapes par lesquelles Il nous amène à la justification. Le Seigneur ne réalise jamais la justification dans le cœur de quelqu'un qui continue de vivre dans le péché.

Le moyen décrété par le Seigneur est présenté dans Rom. 10 :13-15 : « Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n'ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n'ont pas entendu parler ? Et comment entendront-ils parler de lui, sans prédicateurs ? Et comment y aura t'il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés ? Selon qu'il est écrit : qu'ils sont beaux, les pieds de ceux qui annoncent de bonnes nouvelles ». Certains ont dit que si une église ne vous envoie pas prêcher, vous ne pouvez pas le faire. Je ne vois pas cela écrit ici. Le Seigneur envoie ses serviteurs prêcher et aucun homme ne peut l'interdire. Aucun homme ne peut vous envoyer prêcher si le Seigneur ne vous a pas appelé. C'est le Seigneur qui appelle, le Seigneur qui envoie et le Seigneur qui bénit la prédication. Il est certain que ce n'est pas contraire à la procédure pour l'église d'envoyer un homme prêcher, mais il ne s'agit pas de l'homme dont le Seigneur parle dans sa Parole. Le Seigneur envoie ses serviteurs. Beaucoup sont envoyés par les hommes, ou disons plutôt, par une assemblée locale, qui n'ont jamais été envoyés par le Seigneur. C'est aussi le cas, vice-versa. Certains ont dû aller prêcher et n'avaient pas d'église pour les envoyer. Le Seigneur n'est pas limité. Il a ses moyens qu'Il utilise normalement, mais Il n'est pas limité.

Quand j'ai moi-même dû aller prêcher, je me suis souvenu si clairement comment Moïse avait ordonné 70 anciens, mais il y avait deux personnes qui prophétisaient dans le camp, que Moïse n'avait pas ordonnées, et Josué est allé en informer Moïse. Moïse a dit, « s'ils ont l'Esprit, ne t'y oppose pas ». Le Seigneur a sa manière de faire ordinaire et Il a sa manière de faire exceptionnelle.
 
Nous ne devons pas négliger le moyen décrété par Dieu pour arriver à la connaissance de « l'Unique vrai Dieu et Jésus-Christ, que tu as envoyé ». Le moyen décrété est au travers de la prédication de l'Evangile. Le Seigneur a sauvé certaines personnes qui n'ont pas assisté à la proclamation de la Parole dans une église organisée. Le Seigneur peut me sauver à la maison. Maintes fois j'ai lutté toute la semaine avec un problème ; puis je suis allé à la maison de Dieu le dimanche et il a été résolu. Ceci, c'est sa manière ordinaire. J'ai aussi eu des fois où je suis sorti de la Maison de Dieu aussi vide que lorsque j'y suis entré. Puis je suis rentré chez moi et le Seigneur m'a béni. Cependant, ceci n'est pas un encouragement à rester à la maison. Nous devons faire attention de ne pas idolâtrer des personnes, ou de ne pas idolâtrer des moyens, ou de ne pas idolâtrer des dons. Le Seigneur n'est pas limité. C'est l'Esprit du Seigneur, qui accompagne la Parole, qui donne la bénédiction. Nous ne devons pas négliger son moyen décrété. Nous ne devons pas négliger notre assemblée. Cependant, si nous quittons la maison de Dieu aussi vides que lorsque nous y sommes arrivés, cela ne veut pas dire que c'est la faute du prédicateur ou du Seigneur.

Un jour, nous avons eu un service de Sainte Cène, et le Seigneur m'a abondamment béni dans le rassemblement du « troupeau » pour ce service. Puis, lorsque nous sommes arrivés au service lui-même, il semblait que c'était tellement monotone. C'était un mystère pour moi. Puis, j'ai participé à une assemblée en Iowa, et ils ont eu une Sainte Cène, et le pasteur en donnant l'invitation a fait remarquer que nous ne recevons pas toujours tous notre bénédiction à table. Il a dit qu'assez souvent il reçoit sa bénédiction pendant le moment de préparation. Ceci a été une telle confirmation pour moi de voir que simplement parce que je n'avais pas reçu la bénédiction là où je pensais qu'elle était, ne signifiait pas que le Seigneur ne bénissait pas.

Nous avons tendance à idolâtrer la liturgie  et nos yeux sont déviés de la Personne de Christ. La vérité, c'est que l'adoration de Christ doit être l'objet de notre adoration. Nous nous tournons vers la Personne de Christ pour une bénédiction, pas vers l'homme sur l'estrade, ni vers la liturgie, ni vers le moyen, ni vers le don. Très souvent, ils sont bénis, mais la Personne de Christ doit être l'objet de notre adoration. Lorsque nous commençons à admirer n'importe quelle autre chose qui n'est pas la Personne de Christ, le Seigneur est tellement capable de laisser tout si vide.

Heb. 10 :23-25 « Confessons notre espérance sans fléchir, car celui qui a fait la promesse est fidèle. Veillons les uns sur les autres pour nous inciter à l'amour et aux œuvres bonnes. N'abandonnons pas notre assemblée comme c'est la coutume de quelques-uns, mais exhortons-nous mutuellement, et cela d'autant plus que vous voyez le jour s'approcher ». Le Seigneur a ordonné que nous nous rassemblions. C'est pour plus, que simplement nous réunir pour être édifiés. Nous devons nous réunir pour plus, que simplement pour ce que nous pouvons recevoir. Nous pouvons devenir si égoïstes, que tout ce que nous voulons faire, c'est aller au ciel plutôt que de souffrir durant cette vie pour glorifier Christ. Nous voulons aller à l'église afin d'être bénis. Nous devrions nous réunir pour prier pour les besoins des autres et les pousser à aimer et à faire de bonnes œuvres. L'exhortation ne vient pas seulement de l'estrade. Nous devons être une main et un pied les uns pour les autres. Nous ne pouvons pas dire que toute la responsabilité de l'édification repose sur les épaules d'une personne. Un pasteur est tout aussi nécessaire pour l'exhortation que tout autre membre de l'église. Lorsque le pasteur ne peut pas être exhorté par l'enfant le plus petit dans l'assemblée, le pasteur est orgueilleux. Nous avons tous besoin d'exhortation. Nous avons tous besoin de correction et elle doit être reçue ainsi que donnée dans l'amour.

Nous devons nous exhorter mutuellement à ne pas abandonner notre assemblée, en nous encourageant à chercher la connaissance mentionnée dans notre texte. Nous avons besoin d'attiser les feux qui produisent l'amour. Es. 2 : 3 dit « Des peuples nombreux s'y rendront et diront : Venez, et montons à la montagne de l'Eternel, à la Maison du Dieu de Jacob, afin qu'Il nous instruise de ses voies et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi et de Jérusalem la parole de l'Eternel ».Nous devons nous encourager les uns les autres à amener d'autres personnes à l'église pour partager avec elles les choses merveilleuses que nous y trouvons.

Nous arrivons à cette connaissance en mettant en pratique ce que le Seigneur dit dans sa Parole. Le chemin décrété par Dieu doit être poursuivi avec joie. N'avez-vous jamais entendu de petits enfants dirent  « Est-ce qu'on doit vraiment aller à l'église aujourd'hui ? » Pourquoi allons-nous à l'église ? Est-ce une obligation ou sommes-nous présents par pure joie, parce que nous aimons être réunis avec le peuple de Dieu, nous aimons le partage de la Parole et nous aimons la présence du Seigneur ? Nous devrions nous réjouir du jour que le Seigneur a fait dans le but de l'adorer. La connaissance dont nous parlons dans notre texte est une relation intime qui demande notre plus grande joie.

Jér. 3 : 1-3 dit : « Il dit : Lorsqu'un homme répudie sa femme, qu'elle le quitte et devient la femme d' un autre, cet homme retourne t'il encore vers elle ? Le pays même ne serait-il pas souillé ? Et toi, tu t'es prostituée à de nombreux amants et tu reviendrais à moi ! Oracle de l'Eternel. Lève tes yeux vers les hauteurs, et regarde ! Où ne t'es-tu pas prostituée ! Tu te tenais sur les chemins, comme l'Arabe dans le désert, et tu as souillé le pays par tes prostitutions et par ta méchanceté. Aussi les pluies ont-elles été retenues, et la pluie du printemps a-t-elle manqué ; mais tu as eu le front d'une femme prostituée, tu n'as pas voulu avoir honte ».

Le Seigneur a mis ce passage sur mon cœur il y a des années en arrière et j'ai passé deux semaines en essayant de m'imaginer ce que cela signifiait. Ma récolte était en train de brûler et je pouvais voir que notre nation et notre communauté étaient perverses. Je pouvais confirmer ce que disait le Seigneur car je vivais dans la communauté. Puis j'ai pris ce chapitre et j'ai de nouveau commencé à faire des recherches et je suis arrivé aux versets 13-14 : « Reconnais seulement ton iniquité, reconnais que tu as été infidèle à l'Eternel, ton Dieu, que tu as dirigé çà et là tes pas vers les dieux étrangers, sous tout arbre vert, et que tu n'as pas écouté ma voix, dit l'Eternel. Revenez, enfants rebelles, dit l'Eternel ; car je suis votre maître. Je vous prendrai, un d'une ville, deux d'une famille, et je vous ramènerai dans Sion ».

Puis cela a commencé à être plus clair. Il ne s'agissait pas des péchés de la nation. Il ne s'agissait pas des péchés de la communauté. Quand le Seigneur a mis cela sur mon cœur, je n'ai pas vu les péchés des gens. J'ai vu que c'était mon péché. Ce que j'avais fait sur le chemin de l'adultère, c'est que mon cœur s'était orienté vers cette grosse moisson que j'allais avoir. Je contemplais tout ce qui allait m'appartenir et le Seigneur m'a montré que j'étais en train de commettre un adultère spirituel. La moisson et tout ce que j'allais avoir, se trouvaient entre le Seigneur et moi. Ceci était une réprimande faite avec tellement d'amour. Je me suis imaginé un homme en train de marcher vers l'autel avec sa fiancée dont le cœur allait vers différents hommes dans les bancs, et elle les regardait pendant qu'elle traversait la nef centrale au bras de son futur mari. Comment se sentirait l'homme vis-à-vis d'elle ?

Le Seigneur m'a montré que j'avais taché mon vêtement de noces en commettant l'adultère spirituel avec les choses de ce monde. Puis j'ai réalisé que le fait que la moisson de mon voisin brûlait aussi, c'était à cause de mon péché. Tout d'un coup ma joie n'était pas dans les choses de cette vie. J'ai vu que ma joie devait être de servir le Seigneur et que Christ devait être mon premier amour. A mesure que le Seigneur nous guide sur le Chemin et nous aide à aimer le Seigneur Jésus Christ, nous en arrivons au point où tout ce qui pourrait se trouver entre nous et Lui est arraché. Dans le processus d'exploitation des terres, nous utilisons des produits de désherbage pour désherber tout ce qui n'est pas du blé productif. Le Seigneur a désherbé cela dans ma vie et a mis Christ en premier.

Le psaume 1 :1-2 dit «Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s'arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui ne s'assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l'Eternel, et qui la médite jour et nuit ! » Maintenant la Parole de Dieu devient précieuse.

En temps qu'éditeur, ce serait une contradiction pour moi de vous dire de ne lire rien d'autre que la Bible. Lorsque je n'étudie pas pour préparer des sermons, je passe tout mon temps à éditer du matériel pour présenter l'évangile. De bons livres peuvent nous aider à comprendre correctement la Parole de Dieu, cependant prenez garde de ne pas vous contenter d'un petit ruisseau, mais utilisez-le pour vous guider à la source. Tout ce que nous lisons d'autre que la Bible devrait nous amener à la Bible. Cela devrait nous amener à une plus grande compréhension de la Bible. Nous n'adorons pas l'auteur du livre. La majeure partie de notre temps et de notre étude devrait être passée dans la Parole de Dieu.

2 Tim. 3 : 14-17 « Toi, demeure dans les choses que tu as apprises et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises : dès ton enfance, tu connais les saintes lettres qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. Toute l'Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre ». J'ai lu beaucoup de livres et on m'a lu beaucoup de livres, mais depuis que je suis enfant, je connais les Saintes Ecritures. Ceci est le centre. Tout ce que nous lisons doit nous amener aux Ecritures et à une meilleure compréhension de celles-ci. Les livres ne sont pas une fin en eux-mêmes.

J'ai lu un article écrit par Spurgeon. Il a dit que la Parole de Dieu est pure et dès qu'elle commence à couler au travers de cet abreuvoir en bois, elle n'est plus pure. Il se trompe en disant que ce ruisseau n'est plus pur après avoir quitté la Source.

La connaissance, ce qui veut dire la relation intime avec le Père « et Jésus Christ qu'Il a envoyé » n'est pas obtenue par une simple connaissance intellectuelle de la Parole écrite. Nous pouvons être instruits dans la Parole et pourtant n'avoir rien d'autre qu'une connaissance intellectuelle de la Parole. Nous ne recevons pas cette connaissance dont parle notre texte simplement en lisant la Parole. Nous pouvons être si aveuglés par nos propres préjugés et les vieux commandements des hommes avec lesquels nous avons été élevés, que lorsque nous lisons la Parole, nous y lisons tout cela dans les textes et nous polluons la Parole de telle manière qu'elle n'est plus pure. Ceci est un scénario dangereux.

Nous pouvons être si aveuglés par nos vieux préjugés et opinions acquis durant notre enfance que nous pourrions dire à juste titre avec les disciples de notre Seigneur comme nous le voyons dans Luc 24 : 32 « Et ils se dirent l'un à l'autre : Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous, lorsqu'il nous parlait en chemin et nous expliquait les Ecritures ? » On avait inculqué aux disciples la religion des scribes et des pharisiens. Ils attendaient un royaume terrestre de Christ, et tout ce qu'ils lisaient dans les Ecritures devait être lu avec cette pensée. Nous pouvons lire tellement dans la Parole de Dieu que nous pouvons en faire un mensonge. La Parole écrite seule n'est pas suffisante.

Pour arriver à une pleine connaissance de la Vérité, nous devons commencer notre étude des Ecritures avec un cœur en prière et une pensée ouverte à la Vérité. Je viens d'un milieu qui avait beaucoup d'enseignements traditionnels, mais j'ai dû être capable de mettre tout cela sur l'étagère et d'aller vers le Seigneur avec une pensée ouverte et demander, « Que veut dire la Parole de Dieu ? » même si elle disait exactement l'opposé de ce qu'on m'avait enseigné. Maintenant, nous commençons à comprendre comment nous étudions la Parole avec un cœur en prière et une pensée ouverte.

Le Ps 119 :18 dit « Ouvre mes yeux, pour que je contemple les merveilles de ta loi. » C'est David, l'homme selon le cœur de Dieu qui a dit cela. Il n'était pas un débutant. Lorsque nous étudions la Parole de Dieu nous devons avoir une pensée ouverte et une soif et une faim de Christ afin qu'Il puisse nous révéler la vérité des Ecritures.

Pour voir les merveilles de la Loi de Dieu, nous devons avoir une pensée ouverte à recevoir et un désir de savoir ce qui plaît à Dieu de manière à pouvoir le mettre en pratique. Actes 16 : 14 « L'une d'elles, nommée Lydie, marchande de pourpre de la ville de Thyatire, était une femme craignant Dieu, et elle écoutait. Le Seigneur lui ouvrit le cœur, pour qu'elle fût attentive à ce que disait Paul. » Lydie n'était pas une païenne. Nous devons aborder notre étude avec un désir que Dieu nous ouvre nos cœurs et qu'Il nous révèle ce que la Parole de Dieu dit. « S'attacher à » dans l'original signifie « mettre en pratique ». Lorsque nous comprenons correctement la Parole de Dieu nous mettons en pratique ce qu'elle dit.

Nous n'avons pas besoin d'une liste de contrôle d'expériences. J'ai entendu des personnes prendre ce verset et dire toutes sortes de choses que Lydie a expérimenté. Ils ajoutent à la Parole de Dieu. J'ai beaucoup d'expériences très enrichissantes, mais si j'étais debout ici et je vous disais que ces expériences sont la base sur laquelle j'ai l'espérance du fondement de mon salut, je suis dans l'erreur. La Parole de Dieu me dit comment évaluer cela. J'ai lu Jean, écrit par l'apôtre Jean. Il a vécu plus d'expériences que n'importe quel homme dont j'avais entendu parler. Il était sur le Mont de la Transfiguration. Sa tête était sur la poitrine du Sauveur pendant la Sainte Cène. Sur l'île de Patmos, il a reçu une révélation de Jésus Christ. Il a dit « et ainsi vous connaîtrez si vous m'aimez, gardez mes commandements ».

Et au fur et à mesure que le Seigneur œuvre la grâce en moi et que je grandis dans la grâce, je me rends compte que j'ai le témoignage du Saint-Esprit dans mon cœur, qui me montre que j'ai bien sa grâce dans mon âme. Ce ne sont pas les riches expériences que j'ai qui me permettent de revendiquer le salut. Je ne dis pas que je méprise les expériences. J'ai eu beaucoup de riches expériences, mais elles ne sont pas le fondement. Christ et Sa Parole sont le fondement de notre espérance.

Nous devons demander avec ferveur au Seigneur d'ouvrir nos cœurs afin de pouvoir comprendre correctement la vérité de Sa Parole.  Les disciples de Christ n'ont pas pleinement compris jusqu'à ce que leurs cœurs fussent ouverts à la Vérité le jour de la Pentecôte. Ils cherchaient encore un royaume terrestre lorsque Christ a été enlevé au ciel. Ils ne comprenaient pas à cause d'une notion préconçue de ce qu'ils pensaient qui allait arriver.

Luc 24 : 45-47 dit : « Alors il leur ouvrit l'esprit, afin qu'ils comprennent les Ecritures. Et il leur dit : Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu'il ressusciterait des morts le troisième jour, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem ». Tout d'un coup, regardez ce qui est arrivé à toute la religion de ces disciples. Au lieu de servir pour l'honneur dans un royaume terrestre, ils sont devenus des prédicateurs de la repentance et de la justice pour la rémission des péchés. Ceci est tout l'opposé de ce qu'ils s'étaient imaginés. Nous avons besoin de comprendre que la Parole de Dieu est notre autorité, et nous avons besoin que nos cœurs soient ouverts pour la comprendre.

Nous pouvons arriver à un certain niveau de compréhension et penser que nous sommes arrivés à un plateau et que c'est là que nous resterons. J'ai été sur quelques uns d'entre eux, et ensuite nous tombons dans un précipice. Et c'est là que nous réalisons qu'il faut recommencer. Puis nous devons aller vers le Seigneur et dire, « Ouvre mon cœur, ouvre mes pensées, révèle-moi la Parole de Dieu de manière à pouvoir de nouveau revenir sur le chemin.

Lorsque nous comprenons correctement que la repentance vient avant la rémission du péché, nous devons supplier pour une purification de nos affections charnelles. Vous et moi, par nature, avons des affections charnelles. Nous sommes attachés aux sales choses de ce monde. C'est pourquoi, le Seigneur nous mène dans l'affliction pour couper cette affection charnelle. C'est de cette manière que Christ œuvre la grâce en nous. Mathieu 5 : 8 dit « Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! » Comment arrivons-nous à la pureté de cœur ? Il détruit ces choses qui se trouvent entre Lui et Sa fiancée.

Là où notre Sauveur dit « Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux ! dans  Mat. 5 : 10, nous ne devons pas oublier que l'homme fort, Satan, est armé du mensonge. Il est menteur depuis le début des temps et ne pensez pas qu'il soit différent aujourd'hui. Le Seigneur Jésus parle d'avoir lié l'homme fort et de l'avoir désarmé. L'une des plus grandesarmes dont il doit être désarmé c'est le mensonge. Mat. 24 : 24 dit « Car il s'élèvera de faux christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus ». Il imitera Christ d'une manière tellement proche de la réalité, que seul ceux pour qui Christ est intervenu discerneront la différence. Il n'est pas possible de tromper les élus. Il y a tellement de prédicateurs de Christ, mais ce n'est pas le Christ de la Bible.

Les interprétations privées des Ecritures abondent aujourd'hui comme Christ l'a prophétisé. C'est pourquoi nous sommes exhortés dans 2 Ti. 3 : 12-14 « Or tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. Mais les hommes méchants et imposteurs avanceront toujours plus dans le mal, égarant les autres et égarés eux-mêmes. Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises. » L'une des marques indélébiles de ceux qui vivront pieusement est la persécution. Ils souffriront la persécution car il sait que c'est un peuple qu'il ne peut pas tromper. N'oubliez pas que la Parole de Dieu doit être notre source d'information.

L'un des signes des temps est un engouement pour une nouvelle lumière. Certaines églises parlent toujours de quelque nouvelle lumière qu'elles ont reçue. 2 Ti. 3 : 5-7 dit « ayant l'apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là. Il en est parmi eux qui s'introduisent dans les maisons, et qui captivent de faibles femmes chargées de péchés, agitées par des passions de toute espèce, apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité. » Ils vivent encore dans la luxure de leurs péchés. Ils n'ont jamais appris le besoin de repentance avant la rémission.

Il y a une grande distinction entre nouvelle lumière et lumière plus grande. Nous devons prier pour une lumière plus grande, mais pas pour une nouvelle lumière. Soyez prudent avec cette chose qu'ils appellent « nouvelle lumière ». Ces jours-ci il y a un engouement pour la connaissance comme nous le lisons dans Daniel 12 :4 « Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu'au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera. »

Ceci peut être un grand piège. Satan avait promis à nos premiers parents une nouvelle lumière ou une augmentation de la connaissance. Eve connaissait Dieu, mais maintenant elle apprendrait à connaître quelque chose de nouveau. Gen. 3 : 5 dit « mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal. »

L'apôtre Paul nous a avertis contre ce piège du diable dans 2 Cor. 11 : 2-3 « Car je suis jaloux de vous d'une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter à Christ comme une vierge pure. Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l'égard de Christ ». Le serpent a trompé Eve en l'amenant à penser qu'elle pouvait trouver quelque nouvelle lumière. Il y a une différence entre grandir dans la connaissance du Seigneur Jésus Christ et essayer de recevoir quelque chose de nouveau. Elle allait apprendre quelque chose que Dieu avait interdit. L'évangile est tellement simple, pourtant nous pouvons fabriquer une religion qui le rend si compliqué.

Satan n'agit pas seulement comme un lion rugissant, mais lui et ses serviteurs se présentent comme serviteurs de la justicepour induire dans l'erreur. Beaucoup de serviteurs qui prêchent aujourd'hui sont des serviteurs du diable. Ils se présentent comme serviteurs de la justice pour tromper, et ils tromperaient, si cela était possible, les élus.

2 Cor. 11 : 13-15 dit « Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. Et cela n'est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n'est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs œuvres. » Le mot « apôtres » signifie « envoyés ». Ils agissent comme s'ils étaient envoyés par le Seigneur Jésus Christ pour prêcher, mais ils ont un évangile sans repentance. Satan peut utiliser la moitié d'une vérité. Ce que dit Satan peut être totalement vrai, mais ce n'est qu'une demie vérité. Nous pouvons avoir un évangile qui nous parle de tout ce qui concerne le sang de Christ, comment le sang de Christ justifie, comment Christ nous réconcilie avec le Père et nous pouvons avoir une religion qui est tout a fait en faveur de la justification et ne prêche pourtant pas la repentance. Nous pouvons avoir une religion sans prêcher qu'Il est venu donner la repentance pour la rémission des péchés. Voici le mandat des apôtres. Toute personne qui est envoyée par le Seigneur Jésus Christ à prêcher, prêchera la repentance pour la rémission des péchés. Si cette moitié de l'évangile manque, c'est l'évangile de Satan, même si ce qu'il dit est vrai.

Voici une illustration. J'étais assis dans une salle d'audience et j'ai regardé comment un avocat a interrogé un comptable public certifié et assermenté. Il a demandé, « Que dit cette entrée ? » Il a répondu que cela signifiait que la corporation avait payé 35.000 $ à Ralph Bouma pour durant l'année 1967. Sa question suivante fut : « si cela avait été ajouté (il n'a pas dit que cela avait été le cas) à une opération normale, est-ce que cela n'aurait pas été de l'argent gaspillé ? » Et la réponse fut « oui ». Ce qu'il a dit était vrai, mais ce qu'il n'a pas dit, c'est que cette somme était l'unique coût de l'opération, ce qui signifie qu'ils avaient opéré pour moins d'un tiers du coût normal. Ce qu'ils avaient fait en tant que gérance supérieure est allé à la cour  de justice pour argent gaspillé, en prenant deux vérités hors de leur contexte.

C'est comme cela que l'évangile de Satan trompe. Ce qu'il dit peut être vrai, et il peut prendre la Parole de Dieu et la justifier, mais c'est seulement une demie vérité. Christ est bien venu. La rédemption de Christ apaise bien la colère du Père à cause du péché. L'apôtre envoyé prêche la repentance pour la rémission des péchés. Lorsque vous perdez cela de vue, vous pouvez avoir une église pleine de gens qui pensent qu'ils sont sauvés et il n'y a pas un grain de repentance dans tout le bâtiment.

Pour Christ, en quoi consiste le salut ? Ceci est la vie éternelle, qu'ils puissent te connaître, cette relation intime, cette marche vers la sanctification, cette repentance pour la rémission des péchés. Nous suivons l'exemple que Christ nous a donné. Il est tellement important de comprendre que lorsque nous grandissons dans la grâce, notre connaissance grandit en qualité. Nous apprenons plus sur l'amour de Christ plutôt que d'apprendre de nouvelles vérités. Toute notre religion, toute notre étude et toute notre espérance doivent être basées sur la simplicité de Jésus Christ. Nous prenons conscience des doctrines ou des commandements des hommes par lesquels nous avions été induits dans l'erreur et nous arrivons à la vérité, cependant, notre connaissance de la vérité grandit en mesure plutôt qu'en nouveaux objets.

Pr. 4 :14-18 dit : « N'entre pas dans le sentier des méchants, et ne marche pas dans la voie des hommes mauvais. Evite-la, n'y passe point ; détourne-t'en et passe outre. Car ils ne dormiraient pas s'ils n'avaient fait le mal, le sommeil leur serait ravi s'ils n'avaient fait tomber personne ; car c'est le pain de la méchanceté qu'ils mangent, c'est le vin de la violence qu'ils boivent. Le sentier des justes est comme la lumière resplendissante, dont l'éclat va croissant jusqu'au milieu du jour.» Ce n'est pas une nouvelle lumière, mais la lumière que nous avons continue de briller toujours plus.

Grandir dans la connaissance « de l'unique vrai Dieu et de Jésus Christ qu'il a envoyé » nous conduit à un discernement plus clair du bien et du mal. Heb. 5 :14 dit : « Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal ». Ce n'est pas apprendre quelque nouvelle doctrine qui fait de nous de grands théologiens. Non, nous devenons plus enracinés à la vérité de ce qui plaît au Seigneur ou ce qui lui déplaît.

Les vérités fondamentales de l'Ecriture sont claires et certaines. Elles ne nous laissent pas dans l'obscurité. Le chemin vers la réconciliation avec le Père et le Seigneur Jésus Christ qu'Il a envoyé, est au travers de la foi vers une obéissance humble à la loi de l'amour. Eph. 2 : 8-10 dit : « Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions. » Ce n'est pas à cause des bonnes œuvres, mais c'est pour de bonnes œuvres.

Ces vérités fondamentales doivent être reçues sans doute ni hésitation. Il est dangereux de construire lorsque vos pierres de fondement sont branlantes. 1Co. 16 : 13-14 dit : « Veillez, demeurez fermes dans la foi, soyez des hommes, fortifiez-vous. Que tout ce que vous faites se fasse avec amour ! »

Faire tout avec amour, c'est le commandement le plus élevé de la loi de l'amour. C'est l'une des vérités fondamentales de la Parole de Dieu avec laquelle nous devons nous protéger de notre mauvaise nature. 1Co. 13 : 3-7 dit : « Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas l'amour, cela ne me sert à rien. L'amour est patient, il est plein de bonté ; l'amour n'est point envieux ; l'amour ne se vante point, il ne s'enfle point d'orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche point son intérêt, il ne s'irrite point, il ne soupçonne point le mal, il ne se réjouit point de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité ; il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. » L'amour c'est voir toute personne de la meilleure manière possible, même celles qui sont contre nous. Nous devons être capables de voir quoi que ce soit qui soit bon en eux. L'amour proprement défini c'est la loi d'aimer Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et ta pensée, et aimer ton prochain comme toi-même.

Ces vérités fondamentales sont les premières que Satan va attaquer car elles révèlent le caractère réel de Dieu. Il essaiera de remplir votre cœur d'amertume et de haine, parce qu'il sait que la haine et Christ ne peuvent pas demeurer dans le même cœur. S'il peut ébranler ces choses, il peut ébranler votre espérance. Il essaie de vous faire croire que vous avez perdu votre sécurité et que vous êtes en train de vaciller dans le vent. 1 Jn 2 : 5-6 dit « Mais l'amour de Dieu est véritablement parfait en celui qui garde sa parole : Par cela nous savons que nous sommes en lui. Celui qui dit qu'il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même. » Si vous voyez que l'Esprit de Christ demeure en vous, et que votre désir est de faire ce qu'Il ordonne, que votre désir est de marcher comme Il a marché, c'est en fait la grâce de Dieu qui vous a donné ce désir.

Les vérités qui nous conduisent à la sainteté, à la droiture et à la repentance sont celles qui manquent dans l'évangile de Satan. Si vous allez dans une église où on ne les prêche  pas, sortez par la porte arrière aussi rapidement que vous êtes entré par la porte de devant.

Notre Sauveur a dit en conclusion ou en résumé de Son Sermon sur la Montagne dans Mat. 7 :21-25 « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. C'est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n'est point tombée, parce qu'elle était fondée sur le roc. » Lorsque vous ôtez le mot « faire » de votre évangile, attention, car les apôtres de Satan se font passer pour des apôtres de Christ, et ils ont une seule chose qui manque dans leur évangile, c'est le mot « faire ».

Christ a indiqué cela comme notre meilleure preuve de connaître « l'unique vrai Dieu, et Jésus Christ, qu'il a envoyé. » Mat. 7 : 26-27 dit « Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison : elle est tombée, et sa ruine a été grande. »

 
 
 
 Texte traduit par Véronique Riviera
 

Poster un commentaire