Accueil Enseignement
Christ est-il allé prêcher aux morts ?
Par Jean-Claude Guillaume  
       
 

Question d'un Internaute : "Comment comprendre les textes de Pierre affirmant que Christ est « allé prêcher aux esprits en prison » et que « l'Évangile a été aussi annoncé aux morts » (1Pi 3.18;4.6) ?"

Voici le premier texte en question :

"Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l'Esprit, dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison, qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l'arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c'est-à-dire, huit, furent sauvées à travers l'eau." (1Pi 3.18-20)

Cette question est l'une des plus difficiles du Nouveau Testament. De nombreuses interprétations ont été proposées, mais nous n'en retiendrons que deux que la plupart des commentateurs se partagent.

La première s'appuie sur 1Pi 1.10-11, où Pierre dit que l'Esprit de Christ était dans les prophètes d'antan. Ainsi, Christ aurait prêché par l'Esprit à travers Noé aux injustes de ce temps-là, dont les esprits sont maintenant en prison.

Mais cette interprétation se heurte à une difficulté capitale. Le texte affirme : "Christ a été mis à mort quant à la chair, mais rendu vivant quant à l'Esprit, dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison." La prédication est donc attribuée au Christ ressuscité, non au Christ préexistant.

Le second texte nous oriente vers une autre interprétation qui me semble personnellement plus juste :

"Car l'Évangile a été aussi annoncé aux morts, afin que, après avoir été jugés comme les hommes quant à la chair, ils vivent selon Dieu quant à l'Esprit" (1Pi 4.6)

Si dans le premier texte, certains pourraient objecter que le verbe prêcher (grec kerusso) n'a que le sens de proclamer, et non évangéliser, ce second texte parle bien de l'annonce de l'Évangile, c'est-à-dire la bonne nouvelle du salut. Pourtant il ne peut s'agir ici d'une seconde chance généralement accordée aux morts, ce qui est exclu par l'affirmation :

"il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement" (Héb 9.27)

Une autre interprétation est donc proposée. Christ serait descendu au séjour des morts pour prêcher l'Évangile aux incrédules du temps de Noé. Voici ce qu'en dit le Nouveau Testament annoté :

La prédication de Christ a eu lieu après sa mort, et, selon l'interprétation la plus probable, après sa résurrection ; elle était adressée aux esprits des rebelles contemporains de Noé, détenus dans la prison ; (Apoc 20.7) c'est là que Christ en esprit est allé et leur a prêché, non pour leur annoncer la condamnation définitive (prêcher n'a jamais ce sens dans le Nouveau Testament), mais pour leur offrir le salut.

Leur position exceptionnelle justifiait une telle offre, car ils n'avaient pu, comme les descendants de Noé et d'Abraham, saisir par la foi la promesse de Dieu, (comparez Héb 11.13 et suiv) puisque, de leur temps, Dieu n'avait pas encore établi son alliance de grâce avec les hommes. (Gen 9.8-17)

Cette idée d'une activité du Ressuscité, qui se serait étendue à l'empire des trépassés, n'est pas sans analogie dans le Nouveau Testament. Le sens de Éph 4.9 est incertain ; mais Phil 2.10 montre incontestablement que le règne de Christ doit s'établir au séjour des morts.

 

Poster un commentaire