Mère au foyer- Choisir de rester à la maison
Par Anne Bersot   109 commentaires  
       
 

Top Féminin vous propose ce mois-ci un dossier sur les mères au foyer. Rester à la maison pour s'occuper de sa famille est un choix que de plus en plus de jeunes femmes font. En France, plus de 80% des femmes entre 25 et 55 ans travaillent, mais après la superwoman des années 80 qui voulait tout concilier, carrière-famille-beauté, la femme de 2006 y réfléchit à deux fois et de plus en plus de mères de famille envisagent sérieusement d'arrêter leur travail pour élever leur famille. C'est un choix difficile à faire, et par la suite difficile à assumer au quotidien, mais parmi celles qui font le pas, très peu le regrettent. Top Féminin fait le point.

La Mère au foyer : choisir de rester à la maison

par Anne Bersot

Le gynécologue était plongé dans ses paperasses, et sans me jeter le moindre regard, me posait froidement les questions d'usage : Quel âge avez-vous ? Situation de famille ? C'est votre première grossesse ? Prenez-vous des médicaments ? Fumez-vous ? Avez-vous déjà utilisé des drogues ? Antécédents à signaler ? Profession ?..
Là, j'ai eu un moment d'hésitation : allais-je lui annoncer ma brillante carrière de jeune cadre que je venais de laisser, ou ma toute nouvelle « carrière », choisie de tout mon cœur : fonder une famille et m'en occuper ? Fièrement et posément, je lui répondis : « mère au foyer ». Il s'arrêta net d'écrire, releva le nez de ses papiers, et au-dessus de ses lunettes, me dévisagea avec une stupéfaction teintée de mépris. Mère au foyer ?.. Il se racla la gorge puis commença à m'expliquer lentement, comme si j'étais une demeurée, quels examens j'aurais à passer, quelles vitamines je devrais prendre, et quelles précautions quotidiennes mon nouvel état nécessitait. La moutarde commençait à me monter au nez, et je compris très vite que ma nouvelle « carrière » de maman à la maison n'impressionnerait jamais personne. Je faisais désormais partie de cette espèce en voie d'extinction : la maman à plein temps.

Les médias les appellent les FAF (femmes au foyer), les instituts officiels de statistiques les classent parmi les « inactifs », sur les déclarations d'état civil elles apparaissent « sans profession », beaucoup de célibataires leur envient leurs maisons pleines de rires d'enfants, les femmes qui travaillent lorgnent de leur côté en se disant qu'elles ont « bien de la chance de pouvoir se le permettre », ou bien disent en secouant la tête avec une moue septique que « jamais elles ne pourraient rester cloîtrées entre leurs quatre murs, c'est bien trop «sclérosant » . Pour nos grands-mères, être au foyer et élever les enfants était la normalité, deux générations plus tard, rester au foyer est devenu une exception, presque une tare. Alors pourquoi faire ce choix ?

FamilleFaire garder un enfant à l'extérieur nécessite toute une armada de professionnelles reconnues, puéricultrices, aides puéricultrices, nutritionnistes, psychologues, éducatrices, mais si une femme fait ce même travail à la maison, pour ses propres enfants, son travail est rarement reconnu et toujours sous évalué. Désolée de le dire aux septiques, mais un enfant, ça ne « pousse » pas tout seul, et c'est toute une profession, tout un défi, d'être maman à la maison. Tous les professionnels de l'enfance, pédo-psychiatres en tête, s'accordent à dire que rien ne remplace le contact mère-enfant, surtout dans les premières années de sa vie. C'est dans ce cœur-à-cœur idéal avec sa mère que le bébé va développer son plein potentiel au niveau émotionnel, psycho-moteur et intellectuel. Aucune garderie, même la plus moderne, aucune gardienne, même la plus zélée et compétente, ne peut remplacer la présence de la maman. Je ne voudrais pas que les mamans qui travaillent par choix ou par obligation se sentent jugées ou mal à l'aise par mes propos, mon but est d'encourager celles qui hésitent à faire le pas, ou qui se sentent inutiles et incomprises chez elles.


1-Faire le choix :

Le choix n'est pas facile à faire. Il n'est malheureusement pas donné à toutes les femmes de pouvoir faire ce choix : certaines femmes doivent gérer des situations familiales chaotiques et doivent gagner le pain de la famille. C'est déjà une grâce, de pouvoir se poser la question de rester à la maison ou non. Mais pour toutes celles qui se la posent, qui ont envie de le faire, ou se sentent partagées devant tous les arguments pour et contre, voici quelques pistes.

a) « Financièrement, on n'y arrivera pas »:

S'arrêter de travailler à l'extérieur pour élever ses enfants peut sembler une folie financière à certaines familles. Mais faites bien vos comptes : les entrées financières et les dépenses changent. Une fois que vous avez déduit de votre salaire les frais de garde du ou des enfants, les impôts, les frais de transport (il faut souvent un deuxième véhicule pour aller travailler), les vêtements (on dépense plus en habits, car il faut bien présenter, et varier les tenues), le coiffeur (plus souvent), les plats tout préparés (quand on travaille dehors, on n'a pas le temps de faire soi-même des pizzas, des biscuits, des lasagnes, des yaourts etc, tout coûte plus cher, on achète des petits pots, plutôt que de faire soi-même les purées). On a moins l'occasion de traquer les aubaines. Dans certains pays comme la France, il y a des aides importantes pour les femmes qui restent à la maison (allocations familiales, congé parental payé, allocations logement etc). Si l'aspect financier vous bloque, mettez tout à plat, et faites bien vos comptes, il y aura un sacrifice financier, mais peut-être pas si grand que vous ne le pensiez.


De toute façon, il faut être réaliste, il est certain que de rester à la maison va entraîner des choix financiers parfois douloureux, mais il faut tout mettre dans la balance : que veut-on vraiment ? Quel est notre choix de vie? La femme qui reste à la maison élever ses enfants va devoir développer tout son potentiel de créativité pour économiser de tous les côtés et gérer le quotidien.

En tant que chrétienne convaincue, d'autres aspects entrent en ligne de compte. Personnellement, quand j'ai fait le choix de rester à la maison élever mes enfants, si j'avais raisonné financièrement, je ne l'aurais jamais fait : mon mari laissait son travail séculier pour travailler à plein temps comme pasteur, son salaire était divisé par quatre ; ce n'était pas du tout le plan idéal. Mais nous l'avons fait et nous n'avons jamais regretté. Nous croyons fermement que Dieu pourvoit aux besoins de ses enfants fidèlement, et c'est ce qu'il a toujours fait, nous n'avons jamais manqué de rien. C'est un pas de foi, et pour ceux qui hésitent à le faire car « ce n'est pas raisonnable », leur hésitation est tout à fait respectable. Il faut tout mettre dans la balance et prendre la décision en toute sagesse.

b) Rester à la maison c'est « sclérosant » :

J'ai souvent entendu cette phrase empreinte d'un peu de dégoût. Certaines femmes vont dire qu'elles se sont épanouies à la maison, que c'était merveilleux, les stars dans les magazines nous déclarent avec un sourire aux anges qu'être maman est le plus beau des métiers. C'est vrai, et ça restera toujours d'une valeur inestimable de s'occuper de sa famille, mais il faut être réaliste et honnête : rester à la maison, c'est l'idéal pour les enfants et le mari, mais pour la maman, ce n'est pas tous les jours particulièrement folichon. C'est avant tout un don de soi, un vrai sacrifice, même si ce sacrifice est adouci par les joies de voir les enfants grandir, faire des progrès, bien travailler à l'école. Le travail de maman à la maison est très ingrat : elle travaille beaucoup, sans aucune reconnaissance, les enfants et le mari s'habituent vite au « luxe » d'avoir une maman qui gère tout et anticipe leurs besoins. Dans une maison, on n'a jamais fini, il n'y a pas d'heure de fermeture des bureaux, après une journée épuisante de couche-culottes, petits pots, ménage, commissions, repassage, on croit avoir fini en s'effondrant sur le sofa à 21heures, mais à peine assise, il y en a un qui se relève avec l'envie de vomir, un pipi culotte, ou une otite. Il n'y a pas de « break » avec les collègues de bureau autour d'un sandwich, pas de conversation d'adulte enrichissante sur l'économie ou la politique, pas de salaire qui tombe ni de prime « pour bons et loyaux services » juste des areuh, areuh, gouzi gouzi qui stimulent peu les neurones et usent les nerfs.

2. Les défis à relever :

bébéIl y a des phases normales dans la vie d'une mère au foyer : au début, c'est l'euphorie, on goûte avec soulagement l'absence de contraintes horaires, le patron n'est plus sur notre dos à nous mettre la pression. On est ravie d'être à la maison, de faire des petits plats, de décorer, de chouchouter notre maisonnée. Puis vient le temps ou ça commence à être assez ennuyeux et routinier, on commence à trouver le temps long, de ne pas « voir du monde », d'être coincée entre quatre murs à changer des couches culottes et préparer des biberons. Ensuite vient un temps particulièrement ingrat où l'on s'aperçoit que notre travail n'est pas reconnu (le mari rentre le soir et s'étonne de nous voir épuisée « de n'avoir rien fait », les enfants plus grands qui salissent là où on a passé du temps à nettoyer et ranger...). On a de la frustration, on en a assez des regards méprisants des gens, on a parfois dans les moments les plus sombres, l'impression d'être un parasite improductif de la société.


Mieux vaut être prévenue à l'avance et ne pas idéaliser : rester à la maison, ça va être un don de soi et une activité à gérer avec intelligence pour ne pas se retrouver dégoûtée après quelques années et regretter son choix.

Le renoncement à l'indépendance financière

Certaines femmes qui ont eu l'habitude d'avoir leur propre salaire à gérer se sentent mal à l'aise de dépenser l'argent gagné par leur mari. C'est un peu humiliant, surtout si le mari a la délicatesse de faire remarquer avec plus ou moins d'humour « moi je gagne l'argent, ma femme le dépense ». Nos grands mères ne se sont jamais posé la question, et il était communément admis dans toutes les sociétés, et ce depuis la nuit des temps, que c'était le père de famille qui pourvoyait aux besoins de la maisonnée. Là les féministes rugissent et brandissent le droit à l'indépendance. Chacun fait son choix. Lorsque l'on vit dans un foyer chrétien équilibré, avec un père et une mère responsables et présents, qu'il y a un vrai amour et une confiance mutuelle entre les époux, l'économie familiale doit être considérée comme une répartition des tâches et responsabilités, la mère comme le père apportent leur pierre à l'édifice familial, il n'y a pas d'histoire de domination là-dedans. En bonne économiste, j'ajouterais qu'économiquement parlant, la mère qui élève ses enfants est aussi créatrice de richesse. Si vous en doutez, faites une évaluation chiffrée de la valeur des tâches qui vous incombent par jour au tarif d'une personne extérieure : ménage 3heures à 10 dollars, garde d'enfant, 24 heures à 50 dollars, préparation des repas 3X10 dollars, gestion de budget et secrétariat familial : 15 dollars de l'heure, etc. A ces tarifs là, vu que je suis « de service » 24 heures sur 24 et 365 jours par an, je gagnerais plus cher que mon mari !!!!

Quel est notre choix de vie?

Là je vous repose la question fondamentale : « Que voulons-nous vraiment ? » Que nos enfants soient élevés dans les meilleures conditions ? Que notre maisonnée tourne bien ? Que l'atmosphère à la maison ne soit pas survoltée ? Que nos enfants grandissent avec un équilibre émotionnel et un développement idéal ? Voulons-nous un foyer chrétien modèle, à la Gloire de Dieu ? Ou bien plaçons-nous en premier notre valorisation sociale, notre épanouissement personnel, et aussi l'abondance matérielle de la famille ? Nous vivons dans une société qui valorise la réussite professionnelle, l'indépendance financière, la productivité, et le pouvoir d'achat. Le leitmotiv de la société c'est l'épanouissement personnel, le JE, si important, la satisfaction des besoins égoïstes, et la consommation effrénée. Pas étonnant que la mère au foyer n'ait pas la cote dans cette société ! Etre une mère au foyer, c'est faire passer les besoins des autres avant les siens, c'est donner et se donner sans compter, et sans reconnaissance en retour, c'est prendre le risque de se retrouver sans rien plus tard, de ne pas retrouver de travail, d'hypothéquer sa retraite et dans le scénario catastrophe, de se retrouver un jour seule et dans le pétrin. Je comprends que certaines femmes hésitent à prendre tous ces risques, mais en tant que chrétiennes convaincues, le problème se pose différemment.

Dieu nous confie des enfants pour que nous en prenions soin, et que nous les élevions du mieux que nous pouvons. Nous avons des valeurs essentielles à leur transmettre que les systèmes de garde séculiers ne leur transmettront pas. Nous avons de l'amour à leur donner et quand on travaille à l'extérieur, on ne peut pas donner autant, faute de temps et de disponibilité. Je crois fermement que la volonté de Dieu est que les mères se donnent sans compter pour leur foyer, qu'elles élèvent elles-mêmes leurs enfants et mettent pour un temps de côté leurs ambitions et leur bien-être personnels. Les notions de sacrifice, de don de soi ne sont pas à la mode, c'est même le contraire de ce que la société enseigne, mais c'est exactement le modèle que Jésus nous a donné lui-même en se donnant pour nous.

Alors que j'assistais à une conférence pour les femmes chrétiennes il y a quelques années, une femme brillante, ex-haut fonctionnaire, bardée de diplômes, et qui n'avait plus rien à prouver à personne sur ses capacités, a partagé avec nous son expérience personnelle de maman au foyer. Sa conclusion m'a beaucoup marquée : elle a interpellé toutes les femmes qui se trouvaient là et a dit ceci « Vous voulez changer les choses dans votre pays ? Alors retournez dans vos foyers et prenez en soin, c'est comme ça que la société changera vraiment et que les lèpres qui la rongent seront guéries ». Je vous laisse méditer là-dessus...

Maintenant quand on vous demandera votre profession, ne répondez pas "je reste à la maison", ou "sans profession", répondez plutôt en relevant fièrement le menton: "je suis investisseur en capital humain"...

*Source statistiques Darec Credoc, enquête emploi 2002

 

 

 

 

Poster un commentaire

 
 

Vos commentaires (109)

Trier les commentaires : par date | par vote
Posté le 9 Novembre 2013 à 18h08
la maman de LÉA je suis de votre avis.
Posté le 2 Novembre 2013 à 19h07
Difficicle quand le choix n'est pas partagé par les deux conjoints. Si le choix est partagé des deux conjoints, ( que la femme retourne sur le marché du travail ou reste à la maison), il y aura alors un effort commun, une collaboration des deux...Sauf que ca se passe pas toujours comme cela, parfois la femme veut rester à la maison et prendre soin des enfants et l'homme préférerait qu'elle aide au finances par un travail ou inversement.
Posté le 28 Octobre 2013 à 11h04 via Mobile du Top
C'est bien vrai tout ça et pourtant je ne suis toujours pas convaincue que mon choix a été le bon. Je vous explique. Je suis donc mere au foyer mais personnellement je ne suis pas fiere de l'etre, c'est vrai. Tout a commencé quand mon mari a trouvé un travail à plein temps car avant cela c'etait toujours soit des CDD à repetition soit des boulote a mi temps. Alors je me suis devouée a m'occuper de lui et je cessais de chercher du travail car a l'epoque j'etais encore a la recherche d'un travail. Alors que l'on n'avait pas encore d'enfants. Il me reprochait souvent de ne pas aller travailler mais quelques mois apres ça on a eu notre premier enfant et donc l choix de rester a la maison etait devenu une évidence incontournable. Car tous les deux on a trouvé qu'elever notre enfant par nous-memes etait le meilleur choix. Actuellement on a deux enfants et je suis toujours au foyer. Mais j'ai toujours au coin de ma tête que ma situation est vraiment déplorable car toutes mes anciennes amies de fac ont une bonne place professionnellement et que les seules amies qui me restent sont toutes des mamans au foyer, et quand j'examine leurs backgrounds ce sont plutôt des femmes qui n'ont pas vraiment fait des longues études, et qui ne pensent plus a revenir dans le marché du travail. Votre article me fait réfléchir mais dans l'autre sens c'est a dire que je ne pense pas que rester au foyer soit ma meilleure solution pour moi mais chercher un vrai travail bien rémunéré qui ne me fait pas travailler juste pour payer la garderie et toutes les autres dépenses mais surtout avec un salaire plus élévé pour pouvoir etre fière de travailler vraiment. Merci car votre article m'a fait réfléchir, Beaucoup de choses sont vraies notamment la considération des autres par rapport aux femmes au foyer.
Posté le 25 Juin 2013 à 22h57
je suis trop d'accord avec cette article
Posté le 25 Juin 2013 à 22h55
Où je peux trouver un mari qui me permets de rester avec des enfantes à la maison? c'est mon reve ... et je suis seule ... avec le Dieu dans mon coeur ... si vous connaissez ce prince contactez-moi :) c'est serieuse
Posté le 17 Juin 2013 à 01h16
Rien ne remplace l'amour d'une mère et sa présence
Posté le 17 Juin 2013 à 01h12
J'aime trop cette expression: " Investisseur en capital humain!" Merci pour cette parole qui me touche particulièrement.
Posté le 17 Avril 2013 à 23h11
merci je ne regrette pas d'avoir élevé mes 4 enfants ils marchent tous avec Dieu
Posté le 7 Novembre 2012 à 22h22
J'impression ceux qui me demandent sur mon metier , car je reponds fierement : je suis Chef d'une entreprise familial dont l'especialite est la polyvalence ! Guau chica !!! (desolé pour l'orthographe : je suis hispanophone )
Posté le 27 Septembre 2012 à 10h55
Merci, merci et mille fois merci pour cette analyse plus que juste et encourageante pour des femmes et jeunes femmes comme moi qui ont fait ce choix de rester à la maison pour s'occuper de leur famille, malgré le regard et les paroles dures voir (parfois) destructrices de notre entourage et de la société actuelle!!! Je fais passer ce texte à d'autres jeunes femmes qui ont décidé d'élever leur(s) enfant(s) elle même à la maison, et qui sont bien souvent abattues (bien que convaincues de leur choix) à cause du discours de leur entourage... Mesdames, sachez que vous êtes investisseur en capital humain!!!
Posté le 10 Septembre 2012 à 15h06
J'adore !!! Merci beaucoup pour ce message qui me soulage un peu car je fais partie de celles qui se demandent si elles ont fait le bon choix, surtout au niveau des conséquences financières :( Merci Seigneur de nous montrer le bon chemin et de nous permettre de prendre soin de nos foyers ! Hallelujah !!!
Posté le 30 Mai 2012 à 18h00
Je respecte les femmes qui on fait ce choix, je trouve qu'elles sont extraordinaires, mais je ne suis pas très d'accord avec cet article. Nous avons été élevés dans un foyer Chrétien ou nos deux parents travaillés, nous étions dans des garderies et écoles séculiers et nous sommes des très très bons enfants. Tous les 3 on suit le Seigneur et sommes engagés avec lui. J'élevé mes enfants de la même façon (ils ont 4 ans et 1 ans). Mon plus vieux va a la prématernelle et ils a était à la garderie depuis qu'il a 10 mois et ma plus jeune a commencé la garderie a la même Age que son grand ferre. Je peux vous dire que je ne regrette pas mon choix de les envoyer à la garderie. Moi de mon cote ça me fait du bien de partager avec d'autres adultes et d'avoir une certaine indépendance. Je ne crois pas que je vais contre la volonté de Dieu pour la vie de ma famille. Je crois que Dieu a un plan diffèrent pour chaque foyer. On ne peut pas généraliser et dire que Dieu veux que TOUTES les femmes restent a la maison pour garder les enfants. Je crois que le Seigneur mets un appelle dans le cœur de celles qui désirent être femmes au foyer, mais de la a que ça soit SA VOLONTÉ pour TOUTES c'est un peux extrémiste. Un fois de plus je respecte le choix de toutes et que le seigneur parle à vos cœurs et vous montre sa volonté pour votre famille.
Posté le 9 Février 2012 à 13h28
je desire avoir un troisieme enfants ma premiere a 3 ans et la deuxieme 1 ans je voudrez savoir combien on gagne en tou en restant chez soit a elever mes trois enfants
Posté le 22 Octobre 2011 à 23h57
J"ai déjà travaillé à l"extérieur et j"aimais beaucoup cela ,,Mais j"avoue que m"occuper de Lucille est une joie et une chance inouie..C"est un plaisir que je ne sois pas obligée d"aller travaillé à des heures fixes car il ya des inconvénients ! Ce que j"aime à être à la maison , c"est être créatrice comme Tu l"as écrit..Cela ne me dérange pas de me faire regarder de travers parce que je reste à la maison,,J"ai cette joie d"avoir "un salaire" pour prendre soin de "ma Mammy" que j"appelle ..Elle a 73 ans et bien portante et en Santé ! En plus, on fait ce que l"on aime faire ..Amen! Alleluia!
Posté le 7 Septembre 2011 à 11h50
merci pour ce post; Oui je suis maman au foyer et m^me si depuis toutes ces années ça a été parfois dur car on subi les critiques des autres, on se sent parfois incomplète par rapport aux autres mais en fait quel bonheur de voir nos enfants bien élévés, heureux et avoir une ecoute. je les aime tant que je remercie dieu de m'avoir mis à coeur cette mission
2 personne(s) aime(nt)  
Posté le 30 Juillet 2011 à 16h29
C'est un très beau message Anne.Je ne crois pas qu'il soit anodin dans le monde dans lequel nous vivons.Que Dieu vous bénisse et vous inspire encore et encore! Comme Jésus, le don de soi est merveilleux.Quoi de plus agréable que de chercher à lui ressembler quelque soi le regard des autres.Seul son regard sur nous est important.Soyons des femmes qui investissent en capital humain.
3 personne(s) aime(nt)  
Posté le 26 Mai 2011 à 11h21
Ces commentaires sont assez fascinants... Franchement drôles même, même si je ne pensais pas qu'on pouvait être aussi à côté de la plaque en 2011. Mais bon visiblement cela vous amuse d'être asservies sur la base de textes écrits il y a 2000 ans par d'obscurs individus en quête de pouvoir et qui ont réussi leur coup au-delà de leurs espérances... Encore une fois, si cela vous amuse, bon vent...
  Réponse de nancyestelle (France)
Posté le 10 Septembre 2012 à 15h16
Ce qui n'est pas amusant c'est de réaliser que les mamans qui laissent des "étrangers/étrangères" élever leurs enfants à leur place ne réalisent pas qu'ils suivent le plan de l'accusateur = éclater les foyers, laisser les enfants recevoir des valeurs éloignées de toutes choses spirituelles pour qu'ils se perdent et déposséder les parents de leur autorité etc... regardez bien autour de vous... c'est à nous d'élever et de prendre soin de nos enfants si on peut se le permettre et qu'on en a le courage bien sûr.
Posté le 4 Février 2011 à 22h02
L'obsession carrièriste de la femme actuelle ne vient en aucun cas du Seigneur! C'est le monde moderne qui fait pression sur la femme dans un but hautement consumériste (vanité) mais pas seulement: le but ultime de toute cette manoeuvre , de ce terrible lessivage de cerveau c'est la DESTRUCTION DE LA CELLULE FAMILIALE. Mais une autre chose me choque :si le monde a réussi a faire une telle pression sur la femme c'est qu'auparavant (Satan n'est pas rusé pour rien) ,il a veillé à ce que celle-ci soit ISOLEE de l'homme. Or ,la Bible est formelle :l'HOMME étant le chef de la femme , il doit COMBATTRE pour que celle-ci ne soit pas séduite par ce monde. L'homme doit combattre POUR sa femme et agir comme un bouclier face à tous ces assauts du malin. C'est à l'HOMME de réconforter la femme et de lui dire que sa place est au foyer près de ses enfants . Où sont les frères qui se livrent eux-mêmes pour leur femme ? (Ephésiens 5:25). "Je veux que vous sachiez que Christ est le chef de l'homme , Dieu est le chef de Christ et l'homme est le chef de la femme" (Corinthiens 11)
1 personne(s) aime(nt)  
Posté le 26 Octobre 2010 à 04h34
Je ne suis pas encore maman mais cela fait plusieurs années que je partage cette vision des choses. Hors de question que je fasse un enfant pour le faire élever par d'autres...Dans ce cas, je préférerais ne pas en faire du tout. C'est sûrement extrème ce que je dis, mais durant leurs premières années, avant l'entrée à l'école, quel est l'intérêt de faire un gosse pour le voir juste les soirs et week-ends?? Pourquoi faire un enfant si c'est pour le faire grandir chez "une professionnelle de la petite enfance" dés ses 4 mois?! Il y a un truc qui tourne pas rond dans nos sociétés. On veut TOUT, TOUT et TOUT, sans s'interroger sur le sens de ce que l'on veut! Bien sûr il y a des tas de femmes qui n'ont pas le choix et dans ce cas, il n'y a rien à dire, mais quand il y a le choix, je ne comprends vraiment pas l'intérêt de faire des enfants pour s'en séparer dés les premiers mois des journées entières 5 jours sur 7. La ou je suis encore plus INTERLOQUEE c'est quand je vois que ce sont ces femmes là qui sont mises en valeur dans la société, admirées, remplissant parfaitement leur rôle de petites femmes soldates du capitalisme qui se sentent plus utiles à bosser dans un bureau qu'à élever l'humanité de demain ! Les femmes de notre monde se croient indépendantes et libres à travailler/élever leurs enfants le soir/faire le ménage/rester belles, alors qu'elles n'ont jamais été aussi esclaves en réalité, esclaves d'images surfaites innateignables et illusoires. Mais on les flatte dans cette accumulation des tâches pour ne pas qu'elles s'en rendent compte et qu'elles continuent d'être des parfaites soldates de la productivité sur tous les plans, se contentant d'un salaire inférieur à ceux des hommes et de flattage d'égo!
1 personne(s) aime(nt)  
Posté le 1 Avril 2010 à 02h11
Il y a vraiment quelque chose qui me choque dans ce titre. "Choisir d'étre mère au foyer". Mais où voit-on dans la Bible une notion de choix ? Le foyer est le lieu de prédilection de la femme mariée . Il est de la volonté de notre Seigneur que la femme s'occupe de son foyer et de ses enfants. Cela est même conforme à la saine doctrine énoncée dans Tite 2:5 "qu'elles doivent donner de bonnes instructions ,dans le but d'apprendre aux jeunes femmes à aimer leur mari,et leurs enfants ,à être retenues , chastes , OCCUPEES AUX SOIN DOMESTIQUES (...) ." Certaines versions disent même "gardant la maison" Dieu en a voulu ainsi dès le commencement ,ce n'est tout de même pas ce monde moderne antichrist qui va dicter sa loi satanique et triompher dans nos églises ! Le plan originel de Dieu était que la femme soit la gardienne du foyer ,et l'homme ,le chasseur ,celui qui gagne le pain à l'extérieur ,qui investit la sphère publique. C'est SATAN qui a renversé cet ordre divin au travers du féminisme athée et dévastateur. Le "choix" ,le "droit" ,ce sont les paiens qui usent de ces termes. Nous ,chrétiennes , devont avoir conscience de nos DEVOIRS.
1 personne(s) aime(nt)  
  Réponse de Sharmion (France)
Posté le 1 Février 2011 à 22h13
Bonsoir Isa74, Je crois que le plan original de notre Dieu, n'était pas du tout "que la femme soit la gardienne du foyer"....mais "une aide qui sera son vis- à-vis" qui n'est pas du tout la même chose. De toute façon, cela sera intéressant de voir où sont les femmes âgées apte de donner aux femmes jeunes tous ces conseils, aujourd'hui! Oui, en rupture de tous les supports qui existaient dans le temps de Tite, ce n'est pas étonnant qu'il faut choisir? Et, oui, bien choisir.
Posté le 22 Février 2010 à 13h15
Merci Seigneur car ce message m'encourage et m'amene a faire le meilleur choix pour ma famille. Si nous avons confiance en notre Dieu, il pourvoira a tous nos besoins. Ne portons pas de regards inquiets sur notre avenir, il tient nos vies dans ses mains. Ne nous conformons pas a ce siècle présent mais suivons la volonté de Dieu pour la réussite de nos foyers tant dans le domaine spirituel, materiel et relationnel. L'avenir de nos enfants dépend de notre investissement dans le présent. Que Dieu soit loue pour ce qu' il nous enseigne. Amen!
3 personne(s) aime(nt)  
  Valérie (France)
Posté le 18 Mai 2008 à 00h07
Il est vrai que c'est difficile à admettre qu'on veuille s'occuper de ses enfants à notre époque où on doit forcément être capapble de tout gérer. Alors que tout le monde n'a pas cette force mentale; mais aussi notre société permet à celles qui ont la chance d'avoir un mari riche de choisir leur vie et pas les autres! Zut alors moi je me sens mal d'être obligé de faire un travail qui me plaît pas et élever mon enfant ou mes enfants. Si je pouvais en faire un autre, sans avoir à gérer et chercher un travail tout de suite. Mais mon compagnon ne veut pas être le seul à assumer la famille et je comprends aussi mais il y a des aides qui permettent d'avoir un peu d'argent pour s'occuper de son ou ses enfants mais c'est peu, vu la vie chère!
  Nathalie (France)
Posté le 19 Novembre 2007 à 05h37
Je suis auxiliaire de puériculture et j'ai travaillé 12 ans dans des services de pédiatrie assez difficiles sur le plan émotionnel où je cotoyais la maladie et la mort d'enfants. J'ai quelquefois discuté avec des mamans qui me disait au chevet de leur enfant malade qu'elle n'avaient jamais pu profiter de leur enfant à cause de leur travail et qu' elle se sentaient coupables. Celà m'a fait longuement réfléchir sur le sens de la vie d'une femme et j'ai donc pris la décision au deuxième enfant de prendre un congé parental, puis au troisième enfant un deuxième congé parental sans aucune reprise de tavail entre temps. J'avoue que j'ai quelquefois la nostalgie de mon travail où je rencontrais pleins de gens où je me sentais utile mais je me dis que j'ai pris cette décision pour vivre intensément ma vie de mère et qu'il n'y a rien de mieux que d'élever ses enfants soi même, mon travail je le reprendrai un jour où je ferai autre chose. C'est vrai que d'être à la maison ce n'est pas rigolo tous les jours car c'est encore plus la routine, le manque de rencontres et surtout le manque de reconnaissance de la part de la société qui peuvent parfois nous destabiliser et et nous faire douter.Pour me rassurer je pense au bonheur de mes enfants d'avoir une maman disponible. Je me sens donc utile
  Katia (France)
Posté le 8 Novembre 2007 à 22h42
Etre maman a plein temps c'est dur, c'est vrai! On n'a pas vraiment de statut! Mais voir ses "bout de chou" grandir ça n'a pas de prix. Je n'aurais jamais pensé être maman au foyer. Je voulais travailler. Mais quand ma fille est née...impossible de la laisser. Finalement je "travaille"!!! Quand ma fille a eu 18 mois je l'ai inscrite à la halte-garderie. Ca m'a permis d'avoir un peu de temps pour moi. J'ai travaillé 3h/semaine en tant que professeur dans un collège chrétien. Je suis monitrice d'école du dimanche dans mon église. J'ai du temps pour faire des petites cartes pour encourager les gens qui m'entourent et leur dire tout simplement que je les aime(et je fais participer mes enfants). Etre au foyer ! Il y a des inconvénients, certes, mais il y a aussi beaucoup d'avantages et pas des moindres. Et pour celles qui finançièrement ont peur de ne pas y arriver : il existe des solutions! Travailler à la maison et faire don de soi à d'autres enfants : je suis assistante maternelle. Ca demande de l'organisation (mes enfants ont 4 et 1an) mais quel bohneur de gagner un "peu" d'argent tout en faisant ce qu'on aime le plus : s'occuper de notre petite famille. Bon courage à toutes les mamans et souvenez vous que DIEU EST LA.
1 personne(s) aime(nt)  
  Une Amie (France)
Posté le 16 Mai 2007 à 15h02
bonjour à toutes : je suis musulmane et je suis tombée par hasard sur ce site , je voudrais vous remercier car votre article m'a vraiment fais beaucoup de bien. En effet ce sont les valeurs que l'islam pronne depuis des lustres mais nous avons toujours été vu comme des extras térrestres parce que nous fesons passer le bien-etre de notre maisonné avant le notre. je ne veux pas vous offencer aussi si je vous ecris c'est simplement pour vous remercier car j'hesitais beaucoup avant de comprendre mes priorités "dans ma religion on dit que le paradis se trouve au xpieds des mères" .amicalement une musulmane qui vous veut que du bien.
  Stroumphetta (Francophonie)
Posté le 18 Avril 2007 à 03h14
que voulez vous dire, Sara du Maroc? je suis présentement célibataire, donc je ne fais pas face à cette situation, mais pourquoi est ce une catastrophe si le mari reste à la maison?
  Daxia (France)
Posté le 23 Mars 2007 à 11h44
Personnellement je n'ai pas choisi de rester à la maison, ce fût un choix quelques temps et j'ai été assistante maternelle pour compléter les finances du foyer. Quand j'ai souhaité de retravailler en dehors de chez moi j'ai subi du harcèlement moral sur la durée de mon conjoint, il est catholique non pratiquant et moi je suis agnostique (non baptisée), je me suis aperçue lentement qu'il avait des comportements très différents depuis la naissance des enfants et me faisait de l'emprise spécifique environnemental. A tel point j'ai suivi une psychothérapie pour reconnaître que l'origine de cette violence morale de longue durée était déjà bien installée avant lui et qu'elle perdurait avec lui. J'ai fait un travail sur moi, revu mes propres comportements pour ne pas trop affecter l'éducation des enfants puisque les adultes en l'occurence le couple parental est responsable mais pas uniquement puisque cela va bien au-delà de la sphère privée. Je n'ai pu envisager un emploi rémunéré stable en entreprise étant entre deux conflits : mon conjoint et mes enfants et d'autres paramètres. D'ailleurs la dernière société dans laquelle je travaillais s'amusait à m'envoyer des appels téléphoniques anonymes pas seulement d' homme (femme aussi) pour me pousser à démissionner l'air de rien.
  Lbp (France)
Posté le 11 Décembre 2006 à 14h07
j'ai travaillé pendant 20 ans en admistration, en parallèle je me donnais à mon église, puis j'ai fait un sujet de pière de longue halaine, 6 ans afin que DIEU soit Ok avec le projet de partir de mon travail pour travailler pour LUI à 100%, il fallait des conditions bien précises, mutation de mon mari, le logement... Puis en 2004 le grand départ, loger gratuitement(maison familiale) la mutation...et me donner entièrement à DIEU, mais l'ennemi est là et si sur le plan financier ça va l'adolescence arrive - mais quel bonheur d'avoir un tel PATRON. Gloire à toi Seigneur pour le plus beau des métiers mères au foyer, c'est prendre soin de tes enfants, nos enfants...
  Sara (Maroc)
Posté le 3 Octobre 2006 à 22h18
Oui rester à la maison c'est l'ideal , mais quand le mari n'est pas la , si le mari est présent à la maison c'est la catastrophe !
  Kyria (France)
Posté le 19 Septembre 2006 à 10h10
j'ai fait ce choix alors que j'étais étudiante, j'ai fondé une famille ce qui était ma priorité ! j'ai eu 3 enfants en 4 ans et c'était fabuleux je ne regretterai jamais cette décision parce que les moments passés ensemble ont été merveilleux et j'ai pu leur apporter le meilleur de moi-meme. aujourd'hui mes enfants ont 10, 9 et 7 ans et je m'ennuie à mourir à la maison et je pense que si je n'avais pas réagi j'aurai fait une dépression c'est horrible de se sentir inutile alors j'ai repris mes études pour devenir professeur des écoles. Je ne suis pas toujours d'accord avec ce que vous dîtes car notre statut de femme au foyer est mal perçu dans la societé et à la maison j'avais plus l'impression d'être la bonne que la maman qui ne travaille pas pour être là à la maison. maintenant j'ai changé les rôles : tout le monde accompli ces tâches ménagères (et ce n'est pas toujours fait !) . j'étudie à la maison mais j'essaie de les habituer au fait que je vais bientôt aller bosser.
  Fidéline (Cameroun)
Posté le 3 Juillet 2006 à 10h15
Juste pour exprimer mon respect pour ce choix difficile que la femme doit faire à un moment donné de la vie quand elle a une famille. J'avoue que je n'arrive pas à franchir le pas et après cette lecture édifiante, je viens de me fixer une idée claire de ce qui m'attend dans mon ministère. Faites le avec amour mesdames.
  Dalila (France)
Posté le 22 Juin 2006 à 12h52
Je crois que ce sujet tombe à pic, les médias du monde séculier se l'arrache car c'est vrai : mettre au monde un enfant et pourvoir à son éducation ainsi qu'à son bien-être physique et émotionnel est un capital investi qui influencera notre société sur le long terme. Pour celles qui peuvent, il faut évidemment "consacrer" un temps à "voir grandir son enfant". Dans notre société française l'on peut dire que c'est un luxe qu'il ne faut pas gaspiller. et que vaut 1 année, 2 années dans la vie ? Pour ma part, ce don de la vie qui est aux femmes doit être mieux appréhendé et le choix de rester à la maison pour s'occuper de sa "marmaille" doit être posé et murement réfléchi : Laissons Le Seigneur nous convaincre de ce qu'il y a de mieux à faire pour chacune.
  Ann (Francophonie)
Posté le 30 Avril 2006 à 17h02
Entièrement d'accord! J'ai moi même fait cet investissement mes enfants ont:22 ans et 20 ans ; j'ai laissé un travail d'infirmière il y a 22ans pour me consacrer à mes enfants; résultat, nous n'avons à nous en plaindre ni les uns ni les autres!!!! Dieu fait grâce EN TOUTES CHOSES. Que Dieu bénisse votre ministère. ET à toutes celles qui se posent des questions, je dirai NON ce n'est pas sclérosant du tout. NON ce n'est pas une perte de temps au contraire! Vous aurez encore et encore beaucoup de temps restant en vous organisant bien pour servir Dieu dans l'Eglise et en dehors de l'Eglise !! Pour celles qui le peuvent bien sûr, c'est un bon choix!!! Que Dieu vous guide dans vos déscisions ! Et qu'il vous bénisse toutes. Bien fraternellement en Christ qui nous unies ANN
1 personne(s) aime(nt)  
  Paola (Belgique)
Posté le 6 Mars 2006 à 00h03
bonjour, merci pour ce message d'encouragement je suis moi-même maman d'un petit bou né en janvier 2005. Ayant pris une pause carrière d'un an je devrais malheureusement reprendre le travail je ne veux pas confier mon petit à une crèche ayant longuement prié Dieu m'a mis au coeur de le confier à ses grands-parents pour améliorer la relation avec ma belle-mère que pensez-vous de ça ? est-ce une bonne idée ? mon petit pensera-t'il que je l'ai abandonné ? Merci de me répondre. Dieu vous bénisse grandement.
  Carole (Bénin)
Posté le 1 Mars 2006 à 15h26
Anne merci infiniment pour ton article. j'ai 25 et je ne suis pas encore mariée. l'éducation des enfants est un problème qui me tient à coeur. Il suffit de regarder autour de soi pour constater la destruction croissante de la famille même au sein des chrétiens. pour assurer la réussite de l'éducation des enfants, la présence de la mère est importante. cependant dans nos pays africains les mères au foyer ne sont pas indemminisés. votre article m'a permis de me rendre compte qu'il ne sert à rien de mettre les finances au premier plan. merci et que le seigneur vous soutienne
  Claire (France)
Posté le 1 Mars 2006 à 14h51
Bonjour à toutes, merci pour cet article, qui offre une bonne vue d'ensemble de la situation des mères au foyer. Toutefois, on pourrait rajouter un paragraphe qui serait : comment concilier "vie de famille" et "vie professionnelle" tout en restant à la maison ? En effet, une tendance se développe en France : le « homeshoring ». Il s'agit d'offrir un vrai travail à des gens (principalement des femmes) qui travaillent depuis leur domicile. J'exerce cette activité depuis peu, et c'est génial ! fini les transports en commun, les frais de déplacements, les frais de restaurant... mon travail consiste à émettre et recevoir des coups de téléphone pour des clients, depuis chez moi. Je travaille aux heures qui m’arrangent le plus, et je peux ainsi m’occuper de mes 2 enfants tout en ayant une activité rémunérée. J’ai été formé à ce métier et il est plutôt intéressant. Merci encore pour vos articles. Claire
  Claude (Congo RDC)
Posté le 1 Mars 2006 à 14h25
Que le seigneur bénisse cette soeur sur sa réflexion profonde sur ce rôle combien capital que la femme doit jouer dans la socièté. Si l'Eternel notre DIEU, dans son infini sagesse a voulu que le foyer soit tenu par la femme il en connait lui même la raison. dans ce monde en constante perdition et où les enfants sont constament abandonnés à leur propre sort, il est important que la femme joue son rôle traditionnel. courage à toutes les" femmes au foyer". CLAUDE KANDA
1 personne(s) aime(nt)  
  Naomie (Congo RDC)
Posté le 1 Mars 2006 à 12h50
Mes chères soeurs, je suis d'avis avec vous. Etre une mère dans le foyer est une bonne chose. L'éducation de nos enfants y en dépend. Je soutiens l'avis de notre soeur Sandy de Madagascar, beaucoup d'interrogations m'interpellent aussi. L'avenir nous réserve beaucoup de surprises. Suis une mère de deux enfants et je travaille. Je viens de perdre mon mari y a 6 mois. Ma belle famille a pris tout, même la voiture que nous avons acheté avec mon mari. S'il vous plaît pourriez-vous m'aider. Que dois-je faire ?
  Hermann (Cameroun)
Posté le 27 Février 2006 à 15h12
Cet article est très très interessant je crois pour ma part que toutes les femmes chrétiennes devraient le lire. La femme est celle qui doit en premier veiller sur l'éducation des enfants et le bien être dans le foyer en y creant un climat convivial, plein de vie et en plus étant l'aide de l'homme dans l'accomplissement de l'appel de Dieu dans sa vie elle doit passer du temps dans la prière intercedant pour le ministère de son mari, s'occuper de son mari il faut qu'elle ait beaucoup de temps et il n'y a pas d'autre moyen pour y parvenir que d'être femme au foyer ; peut être pas au debut de son mariage mais il est indispensable qu'elle finisse pas l'être pour la reussite familiale.
  Marie-jeannine (France)
Posté le 25 Février 2006 à 23h28
bonjour à toutes je respecte les femmes qui restent à la maison pour s'occuper de leur famille mais je ne comprends pas pourquoi cette tâche ne pourrait pas etre partagée par les deux parents, les enfants ont aussi besoin de la présence du père, de son attention, de son temps surtout dans cette société. Par ailleurs, la femme se sacrifie pour la bonne cause certes, car il n'y a rien de plus beau que de pouvoir s'occuper de ses enfants mais il ne faut pas qu'elle oublie qu'avoir un travail ne serait-ce à temps partiel peut s'avérer bénéfique pour toute la famille aussi, surtout que cela lui permet d'avoir un pied dans la vie active. Ma mère est restée au foyer et elle s'est consacrée à mon bonheur, en grandissant je me rends compte qu'elle m'a fait un très beau cadeau puisque dans mes souffrances aujourd'hui, les moments que ma mère m'a accordés, l'amour qu'elle a pris le temps de me témoigner sont d'un grand réconfort pour moi. Mais voyez-vous, j'aurais aussi aimé avoir une maman indépendante, plus épanouie et ce qui lui manquait c'était une activité professionnelle à l'extérieur. En ce qui me concerne, je crois que des enfants sont un cadeau du ciel pour les deux parents et l'idéal serait que chacun des deux travaillent à temps partiel pour pouvoir s'en occuper.
  Annick (France)
Posté le 25 Février 2006 à 18h47
Merci pour votre article, il m'a fait du bien me conforte d'autant plus dans notre choix ! Effectivement maman à plein temps est un travail largement dévalorisé autour de nous, mais j'ai fait ce choix et je ne le regrette pas ! J'ai travaillé 10 ans à 35 km de chez moi et j'ai connu pendant 5 ans de jongler entre le travail et ma vie de famille, avec mon mari et ma petite fille. Puis j'ai eu un petit garçon et une autre petite fille... c'est à ce moment que nous avons décidé avec mon mari, que le moment était venu de choisir le métier de maman à plein temps ! Financièrement nous nous y retrouvons: il n'y a plus de frais d'essence, de frais de repas, pas de fais de garde.... et moins de tentation en ce qui concerne les dépenses futiles que l'on peut faire quand on travaille en ville. Mais le plus important est de pouvoir se charger personnellement de tout ce que l'on veut tansmettre à nos enfants et ne pas laisser cela à d'autres, sans vraiment savoir ce qu'ils ont pu conseiller voir imposer à notre enfant lorsqu'il est rentré de l'école en pleurs pour l'une ou l'autre raison. Lorsqu'on rentre le soir, l'enfant a déjà raconté ce qui était important pour lui et c'est quelqu'un d'autre qui lui a répondu ! J'ai vu aussi mon aînée se transformer lorsque je suis restée à la maison... on croit son enfant épanoui si on lui donne du temps le soir en rentrant.. je l'ai cru ... mais j'ai vu mon enfant s'épanouir en étant présente aux moments où elle avait besoin de moi . De plus, et c'est du vécu en plus d'être observé dans mon entourage, la vie familiale en nettement moins tendu lorsqu'un seul des époux travaille à l'extérieur. Les conflits sont inévitables quand tout doit être concentré après le boulot même si l'on partage les taches... Mais une maman à plein temps a besoin du plein soutien de son époux, alors ensemble à trois, avec Notre Père nous pouvons construire un foyer équilibré, pour des enfants équilibrés, qui sauront être des parents équilibrés...
  Catherine (Suisse)
Posté le 24 Février 2006 à 20h06
Je suis maman de 4 enfants adolescents (19-17-17-14). Lorsque j'ai rencontré mon mari je gagnais mieux ma vie que lui, nous avons pourtant décidé que lorsque nous aurions des enfants, j'arrêterais de travailler, ce que j'ai fait. Après 18 ans passés à la maison et suite au décès de mon époux, j'ai eu envie de reprendre une activité professionnelle à temps partiel. Cela fait maintenant 1 an et demi que je retravaille et j'en suis contente. Cependant, je n'ai jamais regretté d'être restée à la maison pendant toutes ces années. J'ai maintenant un très bon contact avec chacun de mes enfants, nous parlons beaucoup et je trouve cela très enrichissant. Combien de fois, lorsqu'ils rentraient de l'école avec un chagrin ou un problème me suis-je dis, heureusement que je suis là et que nous pouvons en discuter tout de suite. Bien sûr nous ne sortions que très rarement au restaurant ou au cinéma, nous n'allions pas toutes les années en vacances, mais avoir un bon contact avec ses enfants devenus adolescents/jeunes adultes, n'a pas de prix et Dieu a toujours pourvu avec fidélité à tous nos besoins. J'aimerais toutefois encourager les mamans qui font ce choix à rester en contact avec ce qui se passe dans la vie active, je pense par exemple aux nouvelles technologies (ordinateurs etc...). D'abord il faut "vivre avec son temps", ça aide aussi pour maintenir le dialogue avec les jeunes et si un jour vous envisager de reprendre une activité professionnelle ou simplement de servir dans votre communauté, cela n'en sera que plus facile. Avec mes salutations fraternelles.
  Carmen Côté (Canada)
Posté le 24 Février 2006 à 19h50
Bonjour madame au foyer, comme j'aimerais recommencé le temps que les enfants était a la maison, comme je me sentais obligé de travailler parce que mon mari était parti avec une autre dans un aure pays, j'ai prié Dieu pour qu'il me trouve du travail, et il m'a exaucé, j'ai toujours travaillé, mais combien de chose j'ai manqué, j'étais toujours a la course, et quand mes enfants ont commencé à parlé a partir (à 18 ans et 20 ans environ) la dernière a été en appartement a 25 ans, je me suis dit, mais je ne les ai pas vu grandir, aujourd'hui j'ai la consolation de voir mes 6 petits enfants qui on entre 7 et 20 ans, de garder a l'occasion, de les gâter, je me rend compte j'ai manqué de temps avec mes enfants j'espère être là plus souvent pour eux. Même s'ils savait que je les aimais beaucoup, je n'était pas toujours là pour des choses très importantes dans leurs vies, je demande au Seigneur d'être là avec eux , ils ont 40-41- et 43 ans ça n'a pas été facile pour eux non plus, merci mon Dieu, j'ai quand même de bon enfants. aujourd'hui il me le rende bien malgré tout, je suis a ma retraite, j'ai maintenant 66 ans , j'ai le temps de voir les faiblesses passées !!! Félicitation au maman qui demeure à la maison, armez vous de courage et de soutien de Dieu, l'épanouissement, les idées créatives pour votre petite famille ne manqueront pas , c'est une richesse de pouvoir élever des enfants , et de conserver son mari avec un soutien garni de joie et de petits plats bien préparés, Que Dieu vous bénisse, d'une grand maman,.bonjour a tous. félicitation.
  Michèle (France)
Posté le 24 Février 2006 à 14h14
Bravo! C'est si rare de nos jours de redonner à la femme au foyer sa valeur première ! Celle d'être une éducatrice avec tout ce que cela peut comporter comme difficultés. C'est quand même elle qui transforme AVEC LA GRACE DE DIEU un enfant en "homme et femme" qui le prépare à être un adulte pour demain. Le problème est que malheureusement de nos jours, la femme au foyer n'a aucun statut social et c'est bien dommage ! Merci Anne de remettre à leur place les valeurs bibliques concernant les femmes qui n'ont pas peur d'élever leurs enfants, de passer du temps avec eux et de les écouter, n'est-ce pas le plus beau métier du monde ? Je ne m'adresse pas bien sûr, à ces mamans qui voudraient tant rester à la maison et qui ne le peuvent pas ! Que Dieu vous aide et vous bénisse !
  Paulette (France)
Posté le 21 Février 2006 à 21h30
Bonjour à Anicia et à toutes les mamans ! Il y a aussi des choses qui sont faites en France pour les mamans au foyer et leurs bambins ! Renseignez-vous, il y a peut-être dans votre ville une "maison verte" ou une "maison ouverte"... Les enfants jouent ensemble, les mamans échangent et cela permet de sortir de notre univers quotidien ! Moi cela m'a beaucoup apporté, j'y ai rencontré des chrétiennes et mes enfants n'en ont que des bons souvenirs ! Bises à toutes !
  Valérie (Francophonie)
Posté le 21 Février 2006 à 19h42
merci à toutes, Anne, Laurence, Dominique et toutes les autres pour vos témoignages, votre sagesse, votre compréhension. je ne suis pas mariée, mais je me pose déjà cette question !! Le chemin de chacune est unique et parfait, malgré le mépris des uns, l'abandon des autres, l'incompréhension ou le jugement. Dieu sait comment chaque femme pourra devenir le témoin fidèle que chaque chrétien est appelé à être. Je pense, comme Dominique, qu'un équilibre est à rechercher, que ce soit en tant que femme au foyer/qui travaille/ou qui travaille à temps partiel. Nous ne sommes pas toutes pareilles, mais nous devons toutes trouver notre bonheur/équilibre en Christ. Il nous montrera une voie, quelle qu'elle soit!!! en tous cas TOUS les arguments sont intéresants; et dignes d'être considérés soigneusement : je commence donc à y réfléchir et à prier à ce sujet dès aujourd'hui!Merci à toutes!!!
  Laura (Congo RDC)
Posté le 21 Février 2006 à 10h23
Bonjour anne! je suis très ravie d'avoir lu cet article sur les femmes qui travaillent. Ce que je peux ajouter c'est que dans les pays comme le notre le niveau de vie étant moins élevé, il est nécessaire que la femme travaille pour subvenir aux besoins du foyer conjointement avec l'homme. Mais c'est un souhait pour moi d'etre une femme au foyer.
  Marcy (France)
Posté le 20 Février 2006 à 23h32
Bonjour, C'est après une mini dispute avec mon mari pas encore Chrétien que je réagi à ce sujet. Très bien, vous mavez encourager. La famille de mon mari voit d'un mauvais oeil le fait que je ne travaille pas : ce qui est un peu normal vu qu'elle est complète opposée à Christ mon Sauveur. Je suis parfois très triste, mais c'est de ma faute uniquement. Je subis parfois des mépris très durs même de la part de mon époux, je suis à 2 doigts de prendre mes enfants et d'abandonner... Bref en tout cas MERCI POUR CE FABULEUX TEMOIGNAGE, POUR CET ENCOURAGEMNT EN JESUS CHRIST. MERCI MA BIEN-AIMEE DANS LE SEIGNEUR. Que Dieu le Père de notre Seigneur Jésus-Christ vous bénisse richement.
  Annick (France)
Posté le 20 Février 2006 à 16h51
Merci pour tous ces encouragements. Je suis mère au foyer de deux adorables petites filles de 2 et 4 ans. Mon mari me soutient à 100 % et je m'épanouis. Il est vrai que des craintes peuvent surgir quant à l'avenir, mais je compte sur la grâce de Dieu pour pourvoir à mes besoins. Cependant j'aimerai pouvoir communiquer avec d'autres femmes dans la même situation, histoire de se soutenir face aux obstacles ou difficultés et pourquoi pas créer un réseau! Merci de me communiquer des infos si vous en avez. Dieu vous bénisse
  Gauss (France)
Posté le 20 Février 2006 à 15h59
Je suis peut être le premier homme à réagir à votre article, je l'ai pas lu tout en entier mais le peu que je l'ai nous montre une vraie démonstration de la foi et je vous encourage sur cette voie mais aussi toutes les femmes qui veulent s'engager!
  Laure (Bénin)
Posté le 20 Février 2006 à 11h59
SLT A TOUS LES FIDELES AMIS DU TOPCHRETIEN.. J'ai lu avec joie la pensée de cette jeune dame et je crois que le courage est une arme redoutable. mes cheres soeurs en CHRIST, demeurons toujours ferme et endurante dans le seigneur, ne nous lassons jamais de travailler lorsque nous trovons dans des situations pareilles. BON COURAGE....
  Tania (Belgique)
Posté le 19 Février 2006 à 12h32
Bonjour, Je vous écris pour vous remercier et surtout remercier Dieu de sa réponse. J'ai 4 enfants une fille de 7 ans 1/2 un garçon de 5 ans et des jumelles de 2 ans 1/2. depuis 1 ans j'ai arrété de travailler pour m'occuper de mes jumelles' et j'en suis très contente mais depuis quelque temps c'est vrai à cause des regards des gens je pense parfois reprendre le travail ; il faut dire que j'aime mon travail, je suis aide- soignante mais bien sûr mes enfants passent avant et depuis que je suis à la maison je suis plus patiente avec eux et plus attentionnée aussi ma grande fille a émis le désir que je reste à la maison et aujourd'hui je lis votre courrier je suis sur que c'est la réponse que j'attendais donc malgré les regards les on dit et bien je vais plutot écouter la voix de Dieu et m'occuper de mon foyer encore merci et je remerçie le top chrétien pour toutes les bénéditions qu'il apporte. Que Dieu vous bénisse
  Magali (Francophonie)
Posté le 17 Février 2006 à 18h46
Merci beaucoup pour cet article très intéressant. C'est vrai que lorsqu'on dit je ne veux plus travailler et m'occuper de ma famille on reçoit souvent le mépris. ''Mais il faut travailler!'' Mais Nous sommes libres! Il n'y a hélàs plus assez de travail pour toutes les femmes. Faire des petits boulots ou des emplois ingrats fait que l'on est usée, déprimée et pas de temps pour la famille ni pour Dieu. Trop de travail nuit aussi au couple (dans la sexualité aussi), et se sont d'autres qui élèvent nos enfants. Assez de mépris! Etre mère au foyer est une vocation presque! C'est un vrai travail! Un grand Merci Anne pour cet article.
  Estelle (France)
Posté le 17 Février 2006 à 15h21
bonjour chères amies en christ, C'est très interressant de lire tous les témoignages envoyés. je suis mère au foyer depuis douze ans . J'ai trois garcons de 12, 9, et 2 ans . comme la france propose des congés parentales d'éducation , entre le deuxième et le troisiéme enfant j'ai réussi à travailler pour pouvoir par la suite rester élever le petit dernier durant ses trois premières années de vie . en septembre il ira à la maternelle. au mois de mai je passerais le concours de professeurs des écoles . pourquoi est ce que je veux reprendre une vie professionnelle ?? parce que assurément je désire que mon mari s'investisse plus dans la vie éducative des enfants .or ce n'est que si je pars qu'il fera un effort. et oui ... je ne considère pas que j'ai "sacrifié" une quelconque vie professionnelle pendant ces dernieres années mais plutot que la réalité de la femme est bel et bien d'etre avec son bébé durant les premières années de sa vie pour lui donner confiance et conduire sa personnalité c'est un travail qui nous est confié car nous sommes très douée et plus patiente que nos maris fatigués du travail .quand les enfants grandissent et qu'ils verbalisent leur souci la" présence " d'un des parents est souhaitable ;mais pas forcément celui de la mère .les enfants doivent grandir en autonomie aussi et nos valeurs chrétiennes transmisent se confronter à la réalité d'un monde difficile et nos maris s'investir plus dans l'éducation quotidienne de leur descendance . bref: la femme au foyer pendant la petite enfance puis le mari plus à contribution ...bon courage au travailleuse de l'avenir !!!estelle .
  Edwige Laure (Cameroun)
Posté le 17 Février 2006 à 12h47
J'ai été très ravie de trouver cet article dans ce site. Cette idée de rester à la maison, m'occuper de mon foyer à savoir mon mari, mes enfants et ma maison m'a toujours beaucoup attirée ! Car, vu le dépravation des moeurs d'aujourd'hui, il serait important que la femme; qui est le pillier d'un ménage, s'occupe suffisament des personnes qui lui sont chères afin d'éviter tout ce qui se passe de mauvais dans ce monde de nos jours. Par la grâce de Dieu, je souhaite le faire lorsque je serai mariée et j'encourage vivement toutes les mamans à le faire; ainsi, notre société redeviendra un peu plus normale et le monde entier vivra plus en paix. C'est vrai qu'avec les parents, ce ne sera pas évident de leur faire accepter cela, car ici en Afrique, l'enfant qui a une bonne formation, et sur qui l'on a tant dépensé,doit pouvoir ramener beaucoup d'argent à la famille! Mais avec le Seigneur tout est possible.
  Stéphanie (Francophonie)
Posté le 17 Février 2006 à 10h28
BRAVO ! Merci Anne, merci pour cet hymne retentissant aux mamans consacrées à leur foyer ! Au diable la supposée "libération" de la femme telle que la conçoivent certain(e)s, qui nous amène surtout à devoir courir à la fois plusieurs lièvres dont la société nous fait croire qu'ils nous sont indispensables, jusqu'à l'épuisement !!! Quelle triste supercherie ! Je ne parle malheureusement pas en tant que maman, car les enfants se font attendre, dans mon foyer... Je parle donc en tant que maman potentielle qui compte bien grossir sans hésitation les rangs des investisseuses en capital humain, plutôt que celui des Superwomen. Et aussi en tant que petite fille qui aurait beaucoup, beaucoup aimé que sa maman ait un taux de présence et de disponibilité pour sa famille autrement plus important que ce qu'il a été... Alors, encore merci, Anne, pour ce dossier, merci et chapeau bas à toutes les mamans qui sont à plein temps à la maison, et que Dieu vienne en aide à celles qui n'ont encore malheureusement vraiment pas d'autre choix, dans notre civilisation ravagée par le consumérisme et l'individualisme, que de devoir travailler pour éléver leurs enfants... (Selon votre situation, réfléchissez-y quand même encore un petit peu... De quoi ne pouvez-vous VRAIMENT PAS vous passer ???) Que le Seigneur vous bénisse !
1 personne(s) aime(nt)  
  Furaha (Congo RDC)
Posté le 17 Février 2006 à 10h27
Avant tout, mes meilleurs voeux pour 2006; je vous remercie beaucoup pour cette interpellation mère au foyer. Encore une fois merci pour top feminin et pour les conseils, je travaille au pam et je suis mère d'une petite fille jemima qui pleure presque chaque matin en me voyant sortir et que j'abandonne chaque 07h45 sans le vouloir et cela me ronge toujours. Mais une vraie maman ne peut pas abandonner ou sacrifier ses enfants a cause de l'argent. Pour nous les africains, travailler n'est pas un luxe mais une necessité surtout puisque souvent le salaire du mari ne couvre pas les besoins de la famille. A la congolaise, la femme est appelée à être et à demeurer mère au foyer malgré le cout de la vie. Dans la bible, Ruth est allée glaner dans le champs de Boaz pour faire manger sa belle mère donc la mère au foyer doit aussi travailler pour sa maison.
  Claudine (France)
Posté le 16 Février 2006 à 09h33
Un grand merci pour votre message, cela me fait un bien fou de constater que je ne suis pas la seule à me poser des questions. Cela fait une vingtaine d'année que j'ai arreté de travaillé (en accord avec mon conjoint) suite à des problèmes de santé. Ne pouvant pas avoir d'enfants nous avons fait une demande d'adoption en 1989, je vous passe là toutes les démarches à faire et qui dit quand meme avoir du temps libre ; entre temps, mon mari est tombé gravement malade, avec beaucoup de séjour à l'hopital, je passais pratiquement toutes mes journées avec lui en faisant des allers et retours matins et soirs, choses que je n'aurai pas put faire si j'avais eu un emploi, grace a Dieu il s'est bien sorti, apres cette épreuve en 1994, nous avons la grande joie d'accueillir notre enfant (nous avons quand meme attendus quatre ans et demi) un petit garcon de huit mois et là il faut aussi du temps libre. Je me voyais très mal confier mon enfant à quelqu'un d'autre, j'ai pu vraiment m'occuper de mon fils à temps plein et c'est à ce jour encore (Tristan à 12 ans) que du bonheur. C'est vrai que le fait de vivre sur un seul salaire demande certains sacrifices mais la qualité de la vie est tellement plus importante que l'argent et de plus le monde du travail est devenu tellement impitoyable que je n'ai aucun regret de ne pas travailler. Je ne suis pas inactive pour autant, je suis assistante maternelle à domicile (métier qui n'est pas tellement reconnu mais là c'est encore un autre sujet) j'ai la garde de trois enfants dont le plus petit à huit mois, mais là aussi ce n'est que du bonheur donc mes journées sont bien remplies et lorsque j'ai du temps libre je fait des travaux manuels, mon autre passion aprés les enfants. A bientot
  Nicole (Belgique)
Posté le 16 Février 2006 à 08h51
je suis d'accord que rien ne remplace une maman auprès de ses enfants, mais parfois les circonstances de la vie font que l'on n'a pas d'autre choix que de travailler. Je me suis retrouvée seule avec ma fille cadette, donc pas beaucoup de choix.... j'essaie de donner le maximum en terme de qualité, je suis présente pour elle, pour ma fille ainée et aussi pour mes petits enfants, les week end leurs sont consacrés, et nos vacances nous les passons en étant toutes les deux monitrices dans les camps d'enfants. C'est vrai que ce n'est pas évident de concilier vie familiale et vie professionnelle, mais avec l'aide de Dieu tout est possible et je le remercie pour mes enfants et aussi pour mes petits enfants
  Pat (France)
Posté le 15 Février 2006 à 22h26
Que le nom de l'éternel soit toujours sur le bout de nos langues. Quant j'ai découvert votre article j'étais en pleine crise d'angoisse a l'idée de prendre un congé parental et devoir rester a la maison car je me sentais coupable de cette décision, je suis chrétienne et mon époux me demandait de tout prendre par la foi et m'encourageait par la priere et vous aussi par cette article.merci a toutes et soyez béni
  Dominique (France)
Posté le 15 Février 2006 à 20h07
Est-ce toujours la volonté de Dieu que la femme reste au foyer ? Les femmes ont été créées par Dieu pour être une aide (semblable) de l'homme. Que cela soit dans l'ancien ou le nouveau testament, les femmes travaillent : Rébecca allait puiser de l'eau pour les bêtes lorsque le serviteur d'Abraham la vit, Ruth allait glaner dans les champs pour subvenir à ses besoins et ceux de sa belle-mère, Priscille fabriquait des tentes avec son mari Aquilas (et ils évangélisèrent Apollos !) … et la marchande de pourpre (ou de tissu teint en pourpre). Et que dire du proverbe 31. Cette femme vertueuse tisse, fait des tapis, des chemises, des ceintures et les vend, se lève tôt, prévoit la nourriture de sa maison et commande ses servantes, est femme d'affaires en achetant un champ et avec ce qu'elle a gagné elle plante une vigne ! Elle aide les affligés. Son mari et ses fils la savent heureuse…etc…Cette femme concilie la vie de couple (elle fait du bien à son mari tous les jours de sa vie), la vie familiale à la maison, son travail à la maison et en dehors, le bénévolat auprès des nécessiteux et aussi sa relation avec Dieu : elle craint Dieu et pas l'avenir car elle a confiance en Lui pour toute chose. Pour ma part je pense qu'on peut servir notre conjoint et nos enfants en étant là où Dieu nous veut, au moment voulu, selon les circonstances (métiers, déménagements, nombre d'enfants, ennuis de santé, région propice pour le travail, les priorités et les besoins en argent de la famille, etc…) et que c'est un choix de couple. C'est vrai qu'au 19° siècle en Europe, ce fut la "mode" d'être mère au foyer, ensuite de travailler à tout prix pour s'épanouir. Retrouver un équilibre ne serait-il pas préférable ? Mais ce qui est vrai c'est que de tout temps et dans toutes les cultures, les femmes ont travaillé et à la maison et à l'extérieur par nécessité et pour participer à la vie sociale (agriculture, artisanat, commerce, industrie, collaboratrice du conjoint, restauration, enseignement…) Mon expérience personnelle, mariée jeune, 2 enfants rapidement et au foyer pendant 6 ans que je ne regrette pas pour les raisons évoquées dans l'article. Puis au travail depuis plus de 20 ans, travail que j'aime et qui me permet de "servir" plein de personnes et de vivre et pour ma famille et d'autres. Je ne regrette pas non plus, peut-être car j'ai a chance d'avoir un métier qui m'a permis d'avoir les mêmes congés que mes enfants. Un travail à mi-temps me permettrait d'être moins stressée et serait l'idéal. C'est sûr qu'avec 4 enfants ou des ennuis de santé, je n'aurais pas hésité à ne plus travailler. Mais aussi le Seigneur nous demande d'être prudent et d'avoir du bon sens, et je pense que garder un pied dans le monde du travail est réaliste car nous ne pouvons pas savoir ce que l'avenir nous réserve. Donc s'Il nous met à cœur de reprendre le travail ne nous culpabilisons pas. Lui Il sait ce qui est le meilleur pour notre famille et son équilibre. Et ce qui Le glorifie et Le glorifiera à long terme.
  Sandrine (France)
Posté le 15 Février 2006 à 19h32
C'est vrai que mère au foyer demande des sacrifices mais quel plaisir de voir grandir ses enfants et de partager des choses avec eux. C'est pas toujours facile mais à choisir entre le travail et mes enfants mon choix est fait. Si je reprends le travail, ce sera par nécésité et seulement lorsque mon troisième sera en deuxième année de maternelle pour économiser sur les frais de garde. On ne devrait pas nous les mères, vivre notre "maternité" par intermédiaire. Nos enfants ont besoin de nous à plein temps.
  Esther (France)
Posté le 15 Février 2006 à 17h27
j'ai ma dernière fille de 7 mois sur les genoux et ça fait plaisir de la voir grandir. Je n'ai jamais travaillé et je me surprends à imaginer notre vie si je travaillais... ce serait cher payer une certaine valorisation momentanée. La réaction du gynéco, je la connais par coeur, mais je dis fièrement aujourd'hui que je suis PDG d'une entreprise familiale !!! Parfois le contact avec des adultes me manque, mais il y a toujours le téléphone!!!
  Thérèse (Canada)
Posté le 14 Février 2006 à 16h28
Coup de chapeau pour vos analyses d'une grande inspiration. Désormais étant une mère s'occupant de l'éducation de mes enfants qui sont l'avenir de la socièté de demain...Je pourrai maintenant être fière de dire tout haut que je suis Investisseur dans le capital humain. Bénédiction de la part du Chrsit. Allez-y encore...
  Karine (France)
Posté le 14 Février 2006 à 14h30
Je suis moi aussi convaincu à 100 % que ce choix reste le meilleur ! Il est possible de rester à la maison même si l'on a pas un gros salaire, il faut juste en faire le choix et renoncer à sa fierté ! Mais la récompense est belle, je suis sur que la vocation de la femme est celle de prendre soin de sa famille. Dieu approue de tels choix j'en suis sûr, et il nous bénit par dessus tout !
  Helene (Côte d'Ivoire)
Posté le 13 Février 2006 à 14h28
Ce dossier sur les femmes au foyer m'a fait beaucoup de bien. A mon avis la femme ne peut pas rester sans rien faire. Même au foyer où elle est sensée garder les enfants et s'occuper de sa maison, elle a toujours besoin de soutien financier pour y parvenir. En effet, en occidant, elle peut s'en sortir à cause des aides sociales. Mais, ce n'est pas le cas en Afrique. La pauvreté est telle qu'il faut travailler, aller au champ, faire le petit commerce pour pouvoir joindre les deux bouts parce que le revenu de l'homme n'est toujours suffisant pour s'occuper de la famille.
  Christine (France)
Posté le 14 Février 2006 à 10h41
Chère Anne, merci pour votre article. Je suis aujourd'hui une mamie de 8 petits enfants. J'avais un métier en main, (infirmière), mais avec mon mari, nous avons décidé que je resterais à la maison pour m'occuper des enfants et du foyer. Nous avons eu 7 enfants en douze ans, beaucoup de travail et beaucoup de joies, et j'avais l'habitude de dire que je n'étais pas "sans profession" mais que je faisais 100 professions (cuisinière, femme de ménage, coiffeuse, couturière, infirmière, biensûr gouvernante et j'en oublie), en tout cas je ne regrette rien, les enfants ont un bon esprit de famille nous nous entendons bien avec eux et même si nous n'avons pas pu leur offrir tout ce qu'ils désiraient (aurait-ce été bien d'ailleurs ?) ils le voient même comme un avantage ! Nos deux filles travaillent et je vois que ce n'est pas évident pour elles ! Franchement si on peut ne pas travailler, d'autant plus que les enfants petits reviennent moins cher à habiller, à nourrir et pour les études aussi, c'est un bonheur pour eux de trouver leur maman à la maison ! Que le Seigneur bénisse et dirige chacune de vous !
  Sandrine (Sénégal)
Posté le 13 Février 2006 à 12h43
Vu sous cet angle cela semble paradisiaque ,mais nous devons toujours rechercher la volonté de Dieu dans tout ce que nous faisons donc je pense que si le Seigneur ne vous convainc pas de laisser votre emploi pour rester à la maison ,ne le faites pas!
  Anicia (France)
Posté le 13 Février 2006 à 11h20
Bonjour à toutes, J'ai lu l'article ainsi que les réactions et celles de LAURENCE m'a beaucoup émue et je souhaite de tout coeur que Dieu te bénisse et te rende au centuple tout ce que "l'on a pu te voler". Je suis aussi mère au foyer avec un petit garçon de 3 1/2 et une petite fille de 1 an et je dois dire que comme certaines mamans ce"travail" est non seulement peu valorisant je dirais même que ce n'est pas vraiment cela le problème. Ce dont nous souffrons c'est malheureusement de solitude, et c'est vrai que la plupart du temps nous finissons par "parler aux murs"; sans oublier en effet que c'est un réel sacrifice que parfois on ne peut plus entendre les pleurs qui finissent par nous énerver, étant énervée vous énervez vos enfants, le mari rentre est fatigué de sa journée et ne veut rien entendre surtout pas des enfants pleurer, vous n'avez aucun soutien, vous déprimez est -ce que c'est vraiment les plans de Dieu ? non je ne crois pas. Je regardais "LES MATERNELLES" ce matins et le Dr Jacky Israël que je ne connais pas mais qui n'avait pas tort de dire que c'est trop dur d'élever des enfants seule, puis il y a eu un repportage sur les mamans de Suède : elles ont 1 an de congé parental payé à 80 % de leur salaire, le papa a également droit à de tel congé. En France, on est retardé, c'est la carte de l'égoïsme, du chacun pour soi, même chez les chrétiens, faut pas se leurrer. En Allemagne, il existe des centres où les mamans peuvent se rencontrer avec leurs enfants n'est-ce pas cela le social ? ce sont des mamans épanouies elles peuvent se remonter le moral discuter ensemble de choses qu'elles aiment...Quand est-ce que l'on prendra enfin soin de nous en France? Il y a vraiment encore fort à faire!!!
  Elvire (Cameroun)
Posté le 12 Février 2006 à 19h33
merveilleux cet article car qu y a t'il de meilleur que de participer à la vie et l' education de ces bouts de choux qui deviendront le fer de lance de demain. du courage et il n' y'a rien à regretter
  Cathy (France)
Posté le 11 Février 2006 à 21h56
Votre article ma beaucoup encouragé, j'ai 29 ans et trois enfants 6 ANS, 3 ANS ,10mois. Mon mari et moi meme avons fait le choix, que je reste a la maison pour élever nos enfants, car Dieu nous les a confiés , et parceque une maman a la maison c'est tres riche (bien sur parfois on a pas le choix, mais je pense que Dieu voit tout et agit en circonstance, il n'abondonnera jamais nos enfants) pour la vie d'un enfant, meme si parfois j'ai la tentation qui monte, je demande a Dieu de m'aider chaque jour a elever nos enfants selon sa parole. Maman est restée a la maison jusqu'a mes 13 ans et a du aller travailler a l'exterieur, car elle n'avait pas le choix , j'en ai fait une depression, je n'avais pas supporté. A la maison j'organise des petits dejeuners entre méres au foyer, on a tous des enfants et en plus nous sommes en Christ, j'essaie de faire des visites, du sports, et je m'applique a rester coquette pour mon mari, car on a souvent l'image q'une mére au foyer, ca se laisse allez. Dans 2 ans nous serons a nouveaux devant un choix, travailler ou etre aux foyer, en tous cas etre a la maison pour c'est enfants, c'est une grace, je n'en est pas honte j'en suis fiere .A BIENTOT QUE DIEU VOUS BENISSE RICHEMENT.
  Sylvie (France)
Posté le 11 Février 2006 à 16h28
Très jeune je m'étais toujours dit que mon futur foyer passerais avant "ma carrière", et c'est ce que j'ai fait. Du premier au troisième j'ai été maman à temps plein et dès que mon petit dernier a prit le chemin de l'école je voulais tout de meme reprendre une activité professionnelle mais en étant toujours presente pour les enfants et mon mari , car pour moi c'est vraiment un choix de vie idéale quant cela est possible biensur. Et j'ai décidé de devenir assistante maternelle dans mon village, j'ai donc fait connaissance de collègue qui font le meme travail et je suis trés heureuse de n'etre qu'une maman . Salutations
  Katy (France)
Posté le 11 Février 2006 à 10h08
Merci Anne pour ces encouragements. Oui c'est vrai le plus beau des métiers c'est celui de maman, mais peut-être le plus difficile aussi ! Je suis maman d'un petit Matthieu qui attend sa petite soeur pour le mois de mai. J'ai pris un congé parental pour m'occupper de mon bout de chou, j'avais à coeur de rester à la maison pour éléver mes enfants. Franchement je ne me voyais pas gérer un travail, les transports, rentrer fatiguée le soir et pouvoir encore m'occuper de mes enfants, de mon mari, de la maison. Surtout j'étais convaincue et je le reste que rien ne vaut la présence de la maman au foyer et puis je ne voulais manquer aucun moment précieux à les voir grandir ! Et franchement je ne le regrette pas ! Je ne dis pas que ça a été facile tous les jours, quelques fois la routine me pesait et des jours je me sens inutile ou isolée. Mais je sais que j'ai choisi la meilleure part et c'est pour un temps. J'ai appris il y a 3 jours que mon congé parental n'était pas renouvellé (j'étais en CDD), mais franchement ça ne m'a pas fait plus d'effet que cela, je me dis que Dieu pourvoiera en temps voulu lorsque j'aurais élévé mes enfants pour un autre travail et que pour le moment ce n'est pas ma priorité ! C'est vrai que financièrement nous pouvions nous le permettre et je sais que c'est une chance car tous les foyers ne le peuvent pas, mais comme le dit Anne si on doit tout calculer, je pense que cela vaut quand même le coup du "sacrifice". Pour ne pas rester trop isolée je sors au squarr pour rencontrer du monde et je m'y suis faite des copines (dont certaines sont même chrétiennes), même si je ne les vois qu'une heure par jour, c'est déjà un contact et c'est nécessaire ! Autrement je mets mon petit Matthieu 2 heures en halte garderie dans la semaine ce qui me laisse ce temps rien que pour moi ! C'est vrai que ce n'est pas facile tous le jours, mais je vous encourage vraiment à rester à la maison car c'est j'en suis sûre le meilleur pour eux et mon petit Matthieu m'apporte tellement de bonheur chaque jour que c'est ma récompense ! Que Dieu vous bénisse toutes, vous fortifie et vous encourage dans votre rôle de maman. Katy
  Emma (Côte d'Ivoire)
Posté le 10 Février 2006 à 11h17
Merci pour ce message. Je commençais à me dire que j'avais fait le mauvais choix en restant à la maison pour les enfants. En effet mon mari me l'avait proposé parce qu'il voyageait beaucoup. Il vient de perdre son emploi et la situation de crise du pays rend les choses plus difficiles... et je me disais que j'avais fait un mauvais choix mais quand je vois mes enfants je ne regrette rien. Bien qu' être mère au foyer soit plus difficile en Afrique parce qu'il n'y a pas d'allocation pour femme au foyer c'est un plaisir d'éduquer ses propres enfants et je crois que DIEU nous soutient dans cette oeuvre. Et cela me donne aussi le temps d'interceder pour les gens et pour mon église. Ce qui m'importe c'est de servir DIEU malgré les difficultés que nous traversons. Merci pour le reconfort que votre message m'a apporté et que dieu vous guide toujours.
  Paulette (France)
Posté le 10 Février 2006 à 10h54
Bonjour! j'aimerais réagir à la phrase de Sandy : ai-je perdu mon temps si j'ai fait des études supérieures ? non je crois que pour notre richesse personnelle, nous n'avons pas perdu notre temps à nous instruire ! je pense que nos enfants ne peuvent tirer que des bénéfices de notre instruction ! (il est plus "facile" peut-être de les suivre au niveau scolaire, et plus tard quand eux aussi feront des études, nous pourrons plus facilement les comprendre !) Nos parents considèrent-ils qu'ils ont dépensé pour rien en nous payant des études ? Les miens en tout cas m'ont toujours dit que ce n'est pas parce qu'ils me payaient des études qu'il faudrait que je me sente obligée, plus tard, de travailler pour "rentabiliser" cet investissement ! je pense qu'à mon tour je le dirai aussi à mes filles. Nous ne faisons pas des enfants pour qu'ils nous fassent plaisir, soient "brillants" par leur carrière... mais pour qu'ils soient heureux, non ? le principal c'est qu'ils apprennent à connaître le Seigneur ! Allez, courage à toutes, à celles qui s'éclatent dans leur travail, à celles qui se sentent dévalorisées d'être "au foyer" et à celles qui s'y trouvent bien aussi!! QDVB !
  Micheline (Côte d'Ivoire)
Posté le 10 Février 2006 à 10h24
Merci ma soeur pour cette belle leçon. Car certaines pensent que choisir d'être mère au foyer est une chose dégradante alors que c'est le don de soi comme Jésus Christ l'a été pour l'humanité toute entière. Pour les pays en voie de développement c'est monnaie courante que d'être une mère au foyer et ne savons pas jouir de cet état de fait. En tout cas merci pour cette analyse d'une économiste avisée.
  Marie Noelle (Etats-Unis)
Posté le 10 Février 2006 à 01h13
Superbe article ! Merci de partager cette grande sagesse avec nous. Je me suis recenment mariee et Dieu voulant nous aimerons etre parents des l'annee prochaine et mon seul desir des que ce moment arrivera est d'etre mere au foyer... Je crois que c'est le plus beau cadeau que nous pouvons donner a nos enfants.. Pouvoir etre avec eux pendant ces premieres annees de leur vie, de les aimer, de les proteger et surtout de les introduire a notre Seigneur et Sauveur Jesus... Mon mari et moi sommes conscient du fait que nous allons devoir faire certains sacrifices financiers mais quel est le prix d'un enfant bien eleve ? securisee dans le Seigneur ? etc... Je pense que ca n'a pas de prix...
  Sandra (Suisse)
Posté le 9 Février 2006 à 22h52
C'est un sujet très intéressant et je vous remercie de l'avoir choisi. Le choix d'être mère au foyer, si choix il y a, est selon moi très personnel. J'ai connu le bonheur d'être maman au foyer durant plus de 10 ans. Je dois avouer qu'au départ, ce sont des problèmes de santé qui m'y ont poussées. Puis par la suite, je n'arrivais pas à me résoudre à confier mes enfants à d'autres personnes, Il faut dire que j'ai eu des parents qui avaient une entreprise commerciale et ils consacraient très peu de temps à leurs enfants car le commerce prenait toute la place. Mon frère et moi en avons pas mal souffert. Je ne voulait pas que l'histoire recommence comme par le passé dans ma propre famille. J'ai vécu ce rôle de mère au foyer avec joie, reconnaissance, découragement parfois et je trouvais ce rôle bien étrange surtout au début. Avant d'avoir eu les enfants j'avais toujours travaillé à 100%. Je me suis convertie et un an après vint le désir de fonder une famille . Du jour au lendemain je me suis retrouvée à la maison avec mon premier bébé. A attendre avec impatience le retour de mon mari le soir. Je peux affirmer aujourd'hui, avec du recul, que le temps investi durant ces années est gratifiant pour toute la famille et pour l'entourage aussi qu'ils soient chrétiens ou non. J'ai plusieurs fois accueilli des enfants (pour de courtes durées) à cause de situations familiales éclatées, de divorces, pour soutenir aussi des mamans fatiguées et j'ai reçu énormément en retour. Le regard des autres est parfois terrible ! et les propos encore davantage : "ah bon t'es à la maison, tu fais rien ?". Mais rassurez-vous c'est normal ! Le plus difficile c'est de penser un peu à soi ! La maman a aussi besoin d'être ressourcée par une petite activité qu'elle apprécie et qui est un temps rien que pour elle et le plus difficile c'est d'arriver à trouver ce moment et de ne pas culpabiliser et s'imaginer que l'on délaisse le troupeau. Je pense que c'est une clef pour surmonter les moments de découragement. Puis est venu le temps pour moi de retrouver un emploi pour des raisons financières. Bonjour la galère. Plus de 10 ans d'absence sur le marché de l'emploi c'est très long pour un employeur ! Et à ce stade, lorsque vous devez expliquer lors d'entretien d'embauche les raisons de cet arrêt de travail ou du trou qu'il y a dans le CV, si vous préférez, on ne peut pas dire que l'on vous félicite et parfois même on vous regarde avec un certain mépris. C'est pas vraiment valorisant... Et quand enfin vous l'avez ce job, c'est quelques amies chrétiennes bien intentionnées qui vous demandent : ça t'ennuie pas d'abandonner la famille ? Es-tu sûr que c'est la volonté de Dieu pour eux ? Ca vous laisse un arrière goût... Mais Dieu est encore et toujours fidèle pour vous soutenir et surmonter les épreuves. Que de richesses enmagasinées, l'apprentissage de la vie de famille est une grande et belle aventure. On apprend énormément que ce soit dans le relationnel ou la pratique. Les enfants, il n'y a pas meilleure école pour exercer la patience et bien d'autres fruits de l'esprit... Et on a du TEMPS pour tout ce petit monde, denrée plus rare lorsque l'on travaille à l'extérieur. Mais Jésus est là, que vous soyez mère au foyer ou non. Il ne vous lâchera pas et prendra soin de vous et de vos bien aimés. C'est une promesse que nous pouvons saisir. Notre Seigneur aime ses enfants, les grands et les petits, les jeunes et les moins jeunes, travaillant à l'intérieur ou l'extérieur de la maison. Pour terminer, je voudrais que toutes les mamans chrétiennes puissent restent à la maison si elles le souhaitent, moi la première. Le plus important c'est de rester une lumière qui brille pour son prochain là où l'on se trouve et çà, c'est un grand défi ! Quel bonheur d`être appelé disciple du Christ! Que DIeu vous bénisse toutes et tous.
  Samia (Francophonie)
Posté le 8 Février 2006 à 21h59
je bénis Dieu pour cet article, si vous saviez le nombre de personne que j'entend dire que l'homme travaillait seulement est impossible financierement ! et bien c'est faux, j'ai gardé des enfants dont la mere travaillait et bien c'était horible pour cette pauvre mere et ses enfants, je voudrais juste demander a toutes les personnes de réflechir a la place la femme au terme biblique sans paraitre vieux jeu ! si Dieu nous confie une famille ce nest pas pour la délaisser pour pouvoir vivre peut être au dessus de ses moyens et si il est vrai que c'est parfois tres difficile pour une femme de rester a la maison financierement, je tiens également a nous rappeler que notre Dieu est le Dieu créateur qui détiens toute les richesses et que tout est possible à celui qui croit ! jamais Dieu ne nous abondonne meme financierement sinon je ne saurais plus la pour vous parler. sans jugement que Dieu vous éclaire et vous bénisse
1 personne(s) aime(nt)  
  Marie (France)
Posté le 8 Février 2006 à 21h34
Merci pour ce magnifique plaidoyer pour la mère au foyer. Tout est considéré dans un cadre "normal", épouse, époux et enfants. Mais, qui des mères seules ? Peut-on envisager sérieusement et légitimement un tel choix ? Du reste, ces mères-là ont-elles le choix ?
  Aimee (France)
Posté le 8 Février 2006 à 12h32
Je bénie notre Dieu pour les mamans qui s'occupent de leurs foyers à temps plein.Ce n'est pas mon cas mais dans la mesure du possible j'essaie toujours de disposer mon temps de façon à être le plus présent possible auprès de mes enfants. J'ai 3enfants de 13,12 et 11 ans. Que peut-on donner de mieux à sa famille que son temps et son attention ?Pour moi une femme qui travaille et qui doit s'occuper de son foyer travaille doublement car après une dure journée de travail commence une autre à la maison où mari et enfants attendent de toi services et attentions quotidiens. On n'y répondra pas de la même façon selon qu'on est épuisé par une journée de travail ou pas. J'encourage les mamans qui ont la possibilité de s'occuper pleinement de leurs foyers à le faire en ayant pesé le pour et le contre et de commun accord avec leurs époux. Et qu'en restant à la maison elles aient surtout à passer plus de temps devant la face de l'eternel en faveur de leurs foyers.
  Jacqueline (France)
Posté le 8 Février 2006 à 09h52
Quelle bouffée d'oxygène !!! Merci pour cet article formidable! Je sui maman de 2 petites filles de 5 et bientot 3 ans, et je rends grace à Dieu tous les jours du bonheur que j'ai à leur coté ! Mon congé parental se termine ce mois ci, et notre décision est prise : je ne reprendrai pas à travailler ! Il est évident que ca demande d'enormes sacrifices financièrement, mais quelles Récompenses du coté cocon familiale!!! Et comme Anne le dit dans son article, notre Père répond à nos prières et à nos besoins...A nous de franchir l'étape ! Nous avons choisit et , on est sûre de ne pas le regretter!!
  Julie (France)
Posté le 7 Février 2006 à 14h24
Merci pour ce dossier si édifiant concernant les mamans au foyer, j'en suis une dépuis oct 05 et j'avoue que je suis un peu perdu car je me sens sincèrement dévalorisée. J'ai 29 ans et j'ai 3 enfants de 5 ans, 3ans, et 9 mois et j'avoue que ce n'est pas facile pour moi de rester enfermé tous les jours au milieu des cris des pleurs et j'en passe. Parallèlement je suis très contente de voir mes enfants grandirent d'être présente au quotidien, mais n'empêche que je suis tentée de reprendre le travail en oct 2006 au lieu de renouveler mon congé, priez pour moi afin que le seigneur m'aide à prendre le bonne décision
  Sandy (Madagascar)
Posté le 7 Février 2006 à 09h33
Cet article est très édifiant. J'ai été touchée par le fait que nous participons ainsi à une partie de l'édification de l'humanité. Beaucoup d'interrogations m'interpellent toutefois : Que pensez alors des études supérieures qu'on a faites si c'est pour se retrouver femme au foyer ? Est-ce que nos parents seront contents de nous du fait qu'ils ont dépensé pour que nuos ayons une certaine éducation mais que finalement nous ne répondrons pas à leurs attentes ? Comment réagir aussi face au fait que nous devenons dans ce cas comme "dependantes" matériellement de notre mari ? Les femmes qui peuvent s'occuper à plein temps de leur foyer ont vraiment reçu une bénédiction de Dieu. C'est un choix à faire. Mais en toutes choses, dans tous nos choix, Dieu pourvoit à nos besoins lorsque que nous remettons notre vie entre ses mains...
  Nadia (France)
Posté le 7 Février 2006 à 00h51
J'ai eu une petite fille en 2003. J'avais 25 ans, jeune marièe, jeune convertie et je sortais à peine des bancs de la faculté. La question ne s'est pas vraiment posée mais plutôt "imposée" (d'une certaine manière). Je me suis beaucoup questionnée sur mon avenir professionnel (pas d'expérience professionnelle si ce n'est que celle de mère au foyer !!) Et puis il est vrai que financièrement c'est un choix. Mais là encore, Dieu est fidèle car avec un seul salaire pour 4 personnes nous n'avons manqué de rien. que de moments merveilleux! J'ai assisté aux premiers pas de ma fille, je l'ai allaité jusqu'à neuf mois, je préparais de bons petits plats pour ma petite famille etc. Je n'échangerai ces moments pour rien au monde (et cela malgré la grande fatigue qu'occasionne la vie au foyer). C'est une expérience qui vaut toutes les expériences professionnelles! Deux ans se sont écoulés. Nous (ma fille et moi) étions prêtes pour les premières séparations. Maintenant, elle va chez une assistante maternelle (qui se trouve être une soeur en Christ). En ce qui concerne tous mes doutes et questions sur mon avenir professionnel, le Seigneur Jésus_Christ a tout résolu d'une manière extraordinaire. Je n'ai pas eu besoin de passer d'entretien, je n'ai jamais eu à justifier de ces trois annés "vides" dans mon CV. J'ai vu la main de Dieu et j'ai compris que cela était nécessaire pour ma formation que je passe par la case "mère au foyer". Je travaille à mi-temps et j'ai encore du temps à accorder à ma famille. Pour le deuxième, je me pose déjà mille et une questions car cette fois-ci ce sera un "réel" choix ou pas. Cependant, même si je pense que c'est la solution optimale pour toute la famille, tout le monde ne peut pas se permettre ce choix et je comprends parfaitement les mamans qui continuent à travailler. Dans les deux cas, c'est un véritable sacerdoce. Que le Seigneur bénisse toutes les mamans!
  Paulette (France)
Posté le 6 Février 2006 à 16h16
Toujours aussi chouettes et encourageants les articles du Top Féminin, merci! Nous avons décidé, mon mari et moi, que je cesserais de travailler...alors que nous n'avions pas encore d'enfant ! (je suis infirmière et le rythme de vie nous pesait, en particulier les week-ends). Je vous dis pas les réactions de la famille et des amis, même ceux de l'église ! faire le choix d'être femme au foyer alors qu'on n'est même pas maman, alors qu'on a un "bon" métier, c'est pire que tou t!! Pourtant nous n'avons jamais regretté, même si financièrement c'était pas folichon ! nous avons vu notre qualité de vie changée vraiment. Avec l'arrivée des enfants, la charge de travail a augmenté petit à petit, et même s'il m'arrive parfois de penser à ma retraite, je ne regrette toujours rien !! je pense que j'ai plus de temps pour être à l'écoute. Je voudrais juste dire aux mamans au foyer qu'elles pensent à elles : on peut être maman au foyer et se permettre des activités par exemple 1/2 journée par semaine, sans culpabiliser ! certaines sont payantes et toutes ne peuvent pas se le permettre, d'autres sont gratuites et je pense à tout le réseau associatif qui a besoin de bénévoles ! Eclatez-vous quelques heures par semaine, vous en serez plus épanouies et tout le monde à la maison en tirera des bénéfices!! Bisous à toutes!
  Laurence (France)
Posté le 5 Février 2006 à 19h15
Bonjour, J'ai lu votre article avec beaucoup d'intérêt et il ya énormément de choses à en dire. J'ai 3 enfants que j'ai élevés à la maison pendant 14 ans, jusqu'au départ de mon mari ! D'un commun accord nous avions décidé que je resterais à la maison pour élever nos enfants et aussi à caus e des horaires décalés de mon mari( nous étions chrétiens et allions à l'église). Je n'avais donc auxune expérience professionnelle et ne voyais pas grand-monde, mais je n'en souffrais pas plus que ça, jusqu'au jour où mon mari m'a annoncé qu'il avait rencontré une autre femme et que tout était fini entre nous ! (notre couple allait mal depuis un certain temps mais je n'aurais jamais imaginé cela, je priais de mon côté pour que ça s'arrange tout en ne sachant comment faire) Il est donc parti depuis 6 ans maintenant et m'a laissée me débrouiller seule sans travail (il paie une pension), à consoler les enfants comme je pouvais en essayant de ne pas leur montrer mon désespoir (les premiers mois surtout), et toutes les démarches... , vivre des mois chez mes parents à l'autre bout de le France avec mes 3 enfants en attendant un logement, faire des ménages tout en faisant une formation par correspondance, ensuite des problèmes de santé sont venus se greffer qui n'en finissent plus (4 interventions chirurgicales sur 3 ans), puis le chômage (j'arrive en fin de droits fin février). Alors je n'écris pas pour me plaindre car Dieu m'a toujours soutenue, ma fille s'est convertie il ya 18 mois et aime Dieu de tout son coeur, je prie pour mon 2è (qui est ado)et pour le petit dernier car je sais que Dieu a quelquechose de particulier pour chacun d'eux quelle que soit la situation, je veux seulement dire que c'est bien si la femme peut avoir une activité à l'extérieur même très restreinte mais juste pour ne pas perdre pied en cas de problème car personne n'est à l'abri de quoi que ce soit même en appartenant à Dieu, et les enfants à partir d'un certain âge peuvent comprendre que la mère a besoin de quelques contacts extérieurs à son foyer pour son équilibre personnel et pour assurer en cas de difficulté (pas forcément divorce, mais accident, maladie...). Je n'ai plus ni rancoeur ni amertume (il m'a fallu 3 ans pour en "guérir", avec les prières de mes proches, l'espoir que je place toujours en Dieu) mais les problèmes sont encore là 6 ans après, et ne seraient pas si j'avais eu un travail ou de l'expérience professionnelle car débuter dans le monde du travail à l'approche de la quarantaine... Les enfants sont malgré tout le plus cadeau que Dieu nous donne et je Le remercie chaque jour pour eux en les remettant entre ses mains et malgré mes difficultés, si c'était à refaire, je referais mes 3 enfants que je considère comme un don de Dieu.
  Nathalie (France)
Posté le 5 Février 2006 à 12h08
Il y a 8 ans j'ai fait comme vous le choix de m'arrêter de travailler pour élever mes trois enfants. J'étais épanouie dans mon rôle de "mère au foyer et d'épouse au foyer" mais voilà il y a 2 ans que la vie pour moi et mes 3 enfants à été bousculé par mon mari qui ne soupportait plus cette vie, il est partie de la maison pour vivre avec une femme sans enfant. Aujourd'hui je me trouve sans travail avec 3 enfants à m'occuper. Tous les deux étions chrétiens engagés dans une église. Difficile de trouver du travail après un arrêt de 8 ans, difficile de convaincre un employeur. Alors oui quand tout va bien être mère au foyer et avoir se plaisir de faire tout son possible pour ses enfants et son mari est la plus belle des aventures mais quand du jour au lendemain votre mari sans la moindre alerte vous quitte pour une autre femme sans attache alors vous regrettez d'avoir "lâché" votre travail. Il a demandé le divorce et se marie avec elle en mai cette année. Je ne veux pas vous faire peur mais nous voyons de plus en plus de couples chrétiens divorcer car le monde ne va plus. Je ne suis pas la seule dans ce cas mais en tant que femme et que mère nous devons relever la tête et trouver les moyens de continuer à ce que nos enfants reçoivent la même éducation. On pense toujours que cela n'arrive qu'aux autres et c'est ce que je croyais, mon couple était solide mais voilà, un jour tout bascule et nos valeurs basculent aussi. Que Dieu vous bénisse et qu'il aide chaque femme qui se reconnaitra dans ma situation.
  Juliette (France)
Posté le 4 Février 2006 à 07h23
C'EST FORMIDABLE D'ETRE AU FOYER NS AVONS PAS LE STRESS DES TRANSPORTS LA MAUVAISE HUMEUR DES UNS ET DES AUTRES. PAR CONTRE ON PROFITE DE PRIER LES UNS POUR LES AUTRES NOUS AVONS D'AUTRE ACTIVITE ; MOI JE PASSE PLUS DE TEMPS AVEC MON DIEU ET MA FAMILLE JE SUIS MOINS ENERVE, LS ENFANTS APPRECIS DE VOIR MAMAN A LA MAISON Y A DES SOUCIS AVEC LA GRACE DE DIEU NS TENOS BON SOYEZ BENI TT LES MAMAN AU FOYER.
  Hélène (Suisse)
Posté le 3 Février 2006 à 14h39
OUI !!! J'ai choisi d'arrêter mes études à la naissance de mon premier enfant ! OUI !!! J'ai choisi de m'occuper de mes enfants (bientôt 4) à 100 % ! OUI !!! J'ai choisi de ne pas cadrer avec l'image dynamique, libre etc de la jeune femme d'aujourd'hui qu'on essaye de nous "vendre" ! OUI, j'ai fais ces choix et j'avoue qu'il n'est pas toujours facile de les assumer. Il m'arrive souvent d'avoir des doutes, d'avoir l'impression d'être une sorte de sous-individu aux yeux de certains, d'être insignifiante et inintéressante. On me regarde parfois avec condescendance : "pauvre femme dont l'existence ne se résume désormais plus qu'à pipi-caca-areuh-areuh". Alors, je voudrais vous dire MERCI !!! Car la lecture de ce dossier a été pour moi une réelle bouffée d'oxygène ! Je suis désormais convaincue que l'éducation de nos enfants est le rôle le plus important qu'on soit amener à remplir et il mérite toute notre considération.
  Dominique (France)
Posté le 3 Février 2006 à 14h30
J'ai pris un congé parental jusqu'à l'age scolaire de mes enfants (4) et j'ai repris le travail au 4/5ème ne pouvant vivre avec un seul salaire de 1200 euros par mois et je peux dire fièrement que mon foyer est à la gloire de Dieu en chrétienne convaincue, le travail est double mais avec la grâce de Dieu c'est possible et notre témoignage est important dans ce monde qui a besoin de Christ, j'aimerais encourager toute les mamans qui élèvent leurs enfants en travaillant ne pouvant faire autrement, sans qu'elles se culpabilisent sachant que si elles désirent vraiment servir le Seigneur, Il leur donnera la force et la grâce pour y arriver là où Il les aura placé. Que Dieu vous bénisse.
  Ciiru (Canada)
Posté le 3 Février 2006 à 21h17
Merci pour ce thème très intéressant ! S’il y a des femmes qui se sentent un peu « méprisée » par le fait d’être mère au foyer, il y en qui ont le même sentiment lorsqu’elles travaillent. Quand j’ai eu mon fils, je suis restée à la maison les premiers mois pour l’accompagner dans sa nouvelle vie. Au bout de quelques mois je ne pouvais plus le faire parce que je ne supportais pas de rester enfermé toute seule avec mon bébé. De plus, je savais le jour où j’ai dit « oui » à mon mari que je m’engageais aussi à être son aide. Il avait besoin de mon aide pour pouvoir payer les différentes factures. Alors j’ai repris le travail et par la suite les regards et remarques de certaines femmes de l’église que je fréquentais étaient dures à gérer. Mais moi j’étais heureuse d’aller travailler, on joignait les deux bouts facilement et mon fils était tellement content de se faire garder par une amie. Le soir on savourait des moments de qualité tous ensemble et on se racontait nos journées respectives. Jusqu’à présent, je n’arrive pas à être femme au foyer, je fais tout de travers, je suis mal organisée et je suis triste le soir parce que mon mari est fatigué et ne veux pas forcément m’écouter. (...)
  Natacha (France)
Posté le 3 Février 2006 à 14h18
Un grand BRAVO pour cet article, je partage complètement l'avis d'Anne Bersot, j'ai moi-même fait ce choix, j'ai commencé par prendre un congé parental puis au bout de 3 ans, je viens de présenter ma démission, j'ai deux merveilleux enfants de 3 ans et 18 mois et je suis très fière de pouvoir dire que j'ai arrêté de travailler pour m'occuper d'eux. C'est vrai que financièrement il faut TOUT compter, mais Dieu nous a déjà montré plusieurs fois qu'Il approuvait notre choix, à mon mari et moi-même, en pourvoyant à chacun de nos besoins, et en nous aidant à gérer au mieux l'argent que nous avons. C'est vrai que certaines personnes ne comprennent pas mais par contre, j'en ai rencontré beaucoup qui m'ont félicité pour ce choix (chrétiennes ou non) et m'ont encouragé. Quoiqu'il en soit je ne regrette pas, je n'aurai jamais supporté qu'une autre élève mes enfants à ma place, les voit grandir... D'autant plus que mon désir le plus cher est qu'ils se donnent au Seigneur et aucune nounou n'aurait pu leur transmettre cela ! Je rends vraiment grâces à Dieu de m'avoir permis de faire ce choix. Maintenant je reconnais que certaines femmes ne supportent pas de rester à la maison et je pense que dans ces cas-là, il vaut mieux aller travailler, en effet, à mon avis, il vaut mieux pour un enfant voir sa maman bien dans sa peau mais un peu moins, plutôt que de l'avoir à la maison mal dans sa peau ! Que Dieu vous bénisse.
  Solange (Bénin)
Posté le 3 Février 2006 à 19h59
Grand merci à Anne pour ce thème. Que Dieu vous bénisse et toute l'équipe du Top. Pas plus tard que ce matin j'ai discuté d'un cas similaire avec mon mari. Quelle joie pour une maman de voir ses enfants chaque fois à côté pour tous ses besoins surtout s'ils sont encore très jeunes. Que le Tout-Puissant soit au centre de ce problème d'actualité qui reste un sujet très préoccupant à beaucoup de femmes. En effet, laisser le travail pour les enfants, c'est bien si on est convaincu que même sans le travail on peut s'en sortir. Mais concilier les deux serait l'idéal car on gagne d'un côté, et on arrive à assurer une bonne éducation au sein du foyer. Mon problème particulier est que je travail dans un Hôtel et il faut sortir parfois même jusqu'à 23 heures laissant les enfants chez leur Mémé. Quand j'étais jeune fille, je ne trouvais aucun inconvenient à cela sinon un grand plaisir d'accepter à n'importe quel moment de travailler. Aujourdh'ui, là même où je rédige cette note, je suis angoissée car en rentrant, les enfants (3 filles) sont déjà endormies, je ne maîtrise pas toujours comment et le lendemain la routine recommence. Le mal chez moi dans cette situation est que mon mari n'a pas de boulot il se débrouille et ce n'est pas ça. Je suis tout pour la famille, j'en suis fière mais l'éducation des enfants reste le problème crucial. Je profite de cette occasion pour vous demander comment faire pour m'en sortir ? vos avis m'aideront beaucoup. Je vous demanderais de prier pour moi afin que le Seigneur m'aide à convaincre mes patrons afin de me changer de poste ou d'horaire pouvant me permettre d'être à la maison à des heures raisonnables pour assuer l'éducation de ces enfants qu'il m'a confiés. Merci Seigneur
  Daniele (France)
Posté le 3 Février 2006 à 10h24
bonjour anne bersot j ai lu votre lettre mere au foyer je fais partie de ces mères au foyer. j ai eu 7 enfants ils sont grands 5garçons 2 filles, 4 qui travaillent, 3 à l école le dernier a 6 ans , les 2 grands ont fait leur vie. Tous mes enfants sont tres gentils ainsi que mon mari avec lequel je m'entends très bien. nous sommes unis dans le seigneur. daniele
  Sara (France)
Posté le 3 Février 2006 à 08h00
J'ai eu une petite fille en aout 2005 et j'ai fait moi aussi le choix de prendre un conge parental. J'apprecie reellement d'etre la pour elle et je ne regrette pas mon choix. Dommage meme que pour le 1er enfant le conge parental soit si court ! 6 mois ca passe trop vite...Aujourd'hui je desirerai avoir un autre enfant pour avoir 3 ans de conge parental remunere et ainsi pouvoir etre dans les premieres annees de leur vie avec mes enfants. Il faudrait vraiment que l'on puisse avoir le choix de rester a la maison sans que la question financiere se pose. A quand la femme au foyer remuneree jusqu'au 20 ans des enfants ?
  Isabelle (France)
Posté le 2 Février 2006 à 22h18
je suis maman au foyer et je ne le regrette pas, nous avons des moments bénies avec nos enfants, nous avons le temps de prier ensemble et de partager, de plus avec mon mari nous faisons l'école a la maison , nous ne sommes pas toujours compris, mais quand nous voyons le résultat, ça vaut le coup!
  Daniéle (France)
Posté le 2 Février 2006 à 18h35
Bien sûr c'est un choix que de rester à la maison pour élever ses enfants, choix que j'ai fait il y a presque 40 ans, est-ce le bon choix j'en doute même si je ne le regrette pas. Ayant eu mes enfants trés jeunes, que reste-t-il quand ils ont quitté le foyer ? Quand on est encore jeune et complétement déconnectée de la vie sociale et que dire au moment de la retraite si peu que le conjoint disparaisse!!!!Vous allez dire que ce n'est qu'une question financière, je ne le crois pas. Plutôt une question de bon sens à l'époque ou nous vivons. Je ne regrette rien, mais si c'était à refaire je réfléchirais davantage.
  Linda (France)
Posté le 2 Février 2006 à 16h34
enfin quelqu'un qui comprend l'importance d'être à la maison pour les enfants, ... je ne dis pas que ceux qui travaillent n'élèvent pas bien leurs enfants, mais combien la disponibilité d'écoute, le fait de ne pas être sur les dents ou sur les rotules est tellement important... je ne regrette rien... et le mari apprécie aussi... chaque jour avec son enfant est important, l'enfant c'est l'adulte de demain. quel sera son monde ?
  Sonia (Canada)
Posté le 2 Février 2006 à 14h46
Merci beaucoup j'ai vu que je n'étais pas seule a me poser des questions, moi je suis à la maison depuis deux ans et j'ai encore des doutes et beaucoup de découragement mon conjoint lui est tres heureux il a son souper quand il arrive du travail et il se demande toujours pourquoi je suis toujours fatiguée!!!!!.Je trouve souvent que je n'ai plus d'avenir et que quand les garcons seront grands il n'y aura plus personne pour m'engager....sonia
  Elyse (Congo RDC)
Posté le 2 Février 2006 à 14h46
Vous ne saurez jamais combien cet article m'édifie. J'ai toujours eu cette idée d'abandonner le travail pour m'occuper pleinement de ma famille. Quant j'ai commencé à travailler (à 25 ans), j'avais demandé au Seigneur de ne le faire que pour 10 ans et ensuite m'occuper de ma famille. J'en suis à ma 8ème année et ce matin le Saint-Esprit m'a rappellé cela et j'ai reçu aussi cet article qui pour moi je pense est une révélation capitale. Je ne sais comment cela se passera mais je sais que Dieu est fidèle pour accomplir ses plans merveilleux dans nos vies. Malgré ma brillante carrière de cadre, je choisirais d'arrêter à un moment. Que Dieu vous bénisse énormément pour cet article et toutes celles qui ont pris cette décision.
  Haingo (Madagascar)
Posté le 2 Février 2006 à 14h18
Merci Anne pour ce partage qui me donne sérieusement matière à réflexion ! C'est curieux, Dieu veut-Il s'adresser particulièrement à moi ? Pas plus tard qu'hier au soir, j'ai regardé une émission-débat-partage sur les mères au foyer et chacune y est allée de son expérience et de son ressenti, merveilleux ou désespéré. Et j'avoue que personnellement, j'ai suivi très attentivement car j'ai très consciemment au fond de moi cette envie de me "poser" (j'ai commencé à travailler il y a maintenant près de 20a, à peine sortie du lycée...) et de m'occuper plus profondément de ma pitchoune que Dieu ma confiée il y a maintenant 14 mois. Mais voilà, il faut dire une chose : je suis mère célibataire et j'ai fait un grand saut en choisissant d'adopter ma fille ! Dans ce contexte, n'est-ce pas une aberration que de rêver ne serait-ce qu'un court instant d'être mère au foyer ? Pour tout dire, mon aspiration est de me trouver un emploi soit à domicile soit à temps partiel. Mais quoi qu'il en soit, merci en particulier de nous faire voir les choses en face et de ne rien dissimuler des avantages mais aussi des difficultés qui attendent toutes celles qui souhaient faire ce choix ! "Seigneur, merci pour ces enfants que tu nous as confiés à chacune de nous. Que nous soyons aujourd'hui mères actives à l'extérieur ou à l'intérieur de notre foyer, donne-nous Seigneur la pleine sagesse de savoir nous en remettre entièrement à Toi en ce qui concerne la vie de nos enfants. Donne-nous aussi de savoir écouter Ta voix qui nous révèle en Ton temps les desseins que Tu as pour chacune de nous et de nos familles, desseins d'avenir et d'espérance et non de malheur ! Car nous savons que Ta bienveillance se renouvelle chaque matin et que Tu ne nous inspires aucun rêve sans nous donner aussi la force de le réaliser ! Merci Jésus !"
  Olivia (France)
Posté le 2 Février 2006 à 13h58
Bien dit et tant pis pour les mauvaises langues. Quelle joie de "ne rien faire et être payée" !! Rester à la maison pour s'occuper de ses bouts de choux !! Si c'est ça rien faire !! Et bien pour moi c'est un boulot à plein temps et tellement plus valorisant. Quel bonheur pour mes filles quand le soir je vais les chercher à l'école et que j'entends la petite voix fluette de ma petite dernière s'écrier fièrement " Maman, c'est ma maman !!" Et de pouvoir faire de temps à autres une sortie "Mac Do" entre filles !! J'ai eu la "chance" d'avoir mes filles à 36 et 38 ans, après 15 ans de bons et loyaux services pour un emploi à mi-temps qui ne me valorisaient guère !! Ma deuxième va avoir 3 ans et j'ai choisi de démissionner !! Je me dis que Dieu nous aidera et mon mari et moi avons décider que je ne reprendrais pas mon travail. Nous avons eu tout les deux une maman à plein temps. C'est tellement mieux qu'une nounou qui voit notre premier pas, nos premières dents, nos premiers mots et notre premier "pipi-popo" !! Bravo à celles qui font ce choix de rester à la maison. Dieu est là Il veille sur nos besoins.
  Nadia. (Francophonie)
Posté le 2 Février 2006 à 13h08
Merci beaucoup pour tous ces encouragements... Ces derniers jours j'avais le spleen de l'inactive qui n'a pas sa place dans la société... J'ai fait le choix il y a dix ans de cesser de travailller pour élever mes deux enfants et c'est vrai que de les voir grandir, s'occuper de leur quotidien même si l'on ne trouve pas toujours cela gratifiant, porte du fruit et contribue largement à l'équilibre des enfants... qui ne souhaitent pas me voir travailler . J'attends la suite de cet article avec impatience!
  Yette (Canada)
Posté le 2 Février 2006 à 02h14
Je suis mère de 4 enfants et mère au foyer. J'ai fais un jour ce choix sans jamais le regretter. J'ai travaillé pendant plusieurs années ayant mes 2 premiers enfants. Je ne les ai pas vu grandir ! Maintenant, je peux être présente pour mes enfants et les suivre sur le plan scolaire. Je suis convaincue d'avoir investi dans le capital humain. Rien ne peut remplacer l'attention d'une maman qui est là pour conseiller et être attentive aux changements d'attitude, aux inquiétudes et aux petits chagrins. Je suis convaincue, que pour mes enfants, en étant présente, j'ai fermée la porte aux tentations et aux désirs de vouloir d'être plus souvent dans la rue qu'à la maison. C'est un grand plaisir quand votre adolescent rentre de l'école et vous dit: "Tu peux pas savoir maman comme j'aime être à la maison". Si il y a la possibilité j'encourage à rester auprès des siens. Il faut aussi chercher à avoir des activités pour se changer les idées. C'est bien de concilier les deux!
1 personne(s) aime(nt)